France-Pas de commission d'enquête parlementaire sur l'Azerbaïdjan

le
0
    PARIS, 29 juin (Reuters) - La commission des Affaires 
étrangères de l'Assemblée a jugé irrecevable mercredi une 
demande de création d'une commission d'enquête sur les relations 
entre la France et l'Azerbaïdjan. 
    Le député centriste François Rochebloine avait déposé, avec 
le soutien de son groupe, une demande commission d'enquête 
"chargée d'évaluer les relations politiques, économiques et 
diplomatiques" entre les deux pays et "notamment leur cohérence 
au regard des objectifs de développement de la paix et de la 
démocratie au Sud-Caucase". 
    François Rochebloine, député UDI de la Loire, préside le 
cercle d'amitié France-Karabakh, et par ailleurs milite de 
longue date en faveur de la cause arménienne. 
    Des combats entre les forces azerbaïdjanaises et les 
séparatistes du Haut-Karabakh, un territoire sécessionniste 
enclavé dans l'Azerbaïdjan et qui bénéficie d'un important 
soutien militaire et financier de l'Arménie depuis le conflit 
qui s'est achevé en 1994, ont eu lieu début avril. 
    Ces affrontements ont fait plusieurs dizaines de morts dans 
les deux camps. Un cessez-le-feu a été conclu le 5 avril mais il 
est été violé quotidiennement depuis. 
    La commission des Affaires étrangères de l'Assemblée, 
présidée par Elisabeth Guigou (PS), a jugé que la proposition de 
résolution centriste ne portait pas sur "des faits suffisamment 
précis". 
    Elle a en revanche décidé de mettre en place une mission 
d'information sur le conflit du Nagorny-Karabakh. 
    L'ambassade d'Azerbaïdjan en France avait adressé un 
courrier à tous les députés dans lequel elle mettait en garde 
contre les risques "d'une crise diplomatique" entre les deux 
pays en cas de mise en place d'une telle commission. 
    L'Association des amis de l'Azerbaïdjan, que préside le 
député LR Jean-François Mancel, a mené une campagne active 
contre la création de cette commission d'enquête. 
    Le sujet est diplomatiquement sensible. La France entretient 
des relations économiques importantes avec l'Azerbaïdjan et elle 
co-préside le Groupe de Minsk qui tente de régler le conflit du 
Nagorny-Karabakh.   
 
 (Emile Picy, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant