France-Pas d'alternative à une candidature Hollande en 2017-Valls

le
1
    PARIS, 3 avril (Reuters) - Manuel Valls réaffirme dans le 
Journal du Dimanche son franc soutien au chef de l'Etat dans la 
perspective de la présidentielle de 2017, estimant qu'il n'y a 
"pas d'alternative à François Hollande à gauche." 
    Alors que la pression s'intensifie à gauche pour 
l'organisation d'une primaire, pour le Premier ministre, 
"François Hollande est la voix de l'intérêt général (...) La 
logique, c'est qu'il soit candidat puisqu'il est président". 
    "Ce qui manque, c'est l'explication, car les choix qui ont 
été les siens sont les bons", concède-t-il cependant, alors que 
les manifestations de jeudi contre le projet de réforme du Code 
du travail ont été marquées par un regain de mobilisation.  
    "Je ne vois pas d'alternative à François Hollande à gauche", 
poursuit Manuel Valls, décrivant un président de la République 
"lucide et combattif".  
    Alors que François Hollande a fait de la baisse du chômage 
une condition de son entrée en lice pour un second mandat, le 
Premier ministre souligne: "Je ne pense pas qu'on gagne une 
présidentielle sur un bilan, ni qu'on la perde sur un bilan. On 
la perd si on ne se projette pas dans l'avenir, si on n'a pas de 
vision."    
    Imputant à nouveau à l'opposition de droite l'échec du 
projet de révision constitutionnelle proposé par François 
Hollande après les attentats de novembre à Paris et Saint-Denis, 
Manuel Valls estime cependant qu'"il faut transcender les 
clivages". 
    "Il va falloir tendre la main, ce n'est pas trahir, c'est se 
grandir", estime le Premier ministre.  
    Pour autant, selon lui, "seule la gauche est capable d'aider 
le pays à affronter (les) défis" auquel il est confronté: "la 
menace terroriste, la crise des réfugiés, les risques pour 
l'Europe" qui "seront au coeur de l'élection présidentielle" de 
2017.  
    "La capacité de François Hollande à incarner (un) chemin 
(pour le pays), je la crois intacte et je serai à ses côtés", 
conclut Manuel Valls, qui a franchi cette semaine le cap des 
deux ans à Matignon.     
 
 (Myriam Rivet, édité par Jean-Philippe Lefief) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M898407 le dimanche 3 avr 2016 à 12:53

    Rien d'étonnant, Hollande et la Gauche sont tellement laminés dans l'opinion que personne ne veut essayer de prendre un relais qui n'a aucune chance de succès. Les représentants de la Gauche vont donc se focaliser sur la candidature de Hollande pour que l'échec évident à venir lui soit totalement imputé....