France-Pas d'accord entre producteurs de lait et Lactalis

le , mis à jour à 10:18
1
 (Actualisé avec communiqué de Lactalis §§ 5-7) 
    PARIS/RENNES, 26 août (Reuters) - La réunion entre les 
producteurs de lait et le géant laitier Lactalis s'est achevée 
sans accord dans la nuit de jeudi à vendredi à Paris, a-t-on 
appris de sources proches des négociations.  
    Le blocus du siège de l'entreprise s'est intensifié jeudi à 
Laval (Mayenne), où se sont rassemblés plusieurs centaines de 
manifestants, et les syndicats menacent de le maintenir tant 
qu'aucun accord ne sera trouvé.  
    "Nous n'avons pas pu accepter la dernière proposition du 
médiateur qui était de payer 280 euros les 1.000 litres pour les 
cinq derniers mois de l'année", a dit à Reuters Florent 
Renaudier, président de la section laitière de la FDSEA de 
Mayenne, après onze heures de discussions. 
    "Mais nous restons ouvert à la discussion s'il y a de 
nouvelles propositions avec une évolution tarifaire", a ajouté 
ce responsable syndical, selon qui Lactalis n'a pas pris la 
mesure de la détresse des producteurs.  
    Dans un communiqué, Lactalis a déclaré avoir proposé une 
augmentation pour le 1er septembre de 15 euros pour 1.000 
litres, portant le prix payé aux éleveurs à 272 euros, et a 
déploré une "attitude irresponsable" de la FNSEA. 
    "Ces organisations syndicales n'ont pas agi pour s'engager 
dans une sortie de crise mais pour prolonger des actions et un 
bras de fer médiatique avec le groupe Lactalis et nuire à son 
image", selon le géant laitier. 
    Lactalis se dit par ailleurs "ouvert" à de nouvelles 
négociations. 
    Les producteurs de lait demandent un prix moyen sur l'année 
de 290 euros les 1.000 litres, contre 265 proposés actuellement, 
a indiqué à Reuters le président d'une organisation de 
producteurs de lait de Lactalis. Le prix payé actuellement, au 
mois d'août, est de 257 euros. 
    Ce prix serait inférieur aux coûts de production, évalués 
entre 330 et 380 euros selon les exploitations, dit-il. 
    Les syndicats réclament également une "meilleure répartition 
des marges" avec le groupe Lactalis, auquel il est reproché 
d'être le "plus mauvais payeur" des transformateurs de lait en 
France. 
    Lactalis a justifié ses tarifs par la baisse des cours 
mondiaux du prix du lait due à une surproduction et à la 
concurrence d'autres pays européens. 
    Plusieurs actions se sont déroulées ces derniers jours dans 
des hypermarchés du grand Ouest prenant pour cible Lactalis, 
avec notamment le collage d'autocollants "Lactalis ruine les 
éleveurs" sur les produits du groupe laitier. 
 
 (Pierre-Henri Allain, avec Sybille de La Hamaide à Paris, édité 
par Simon Carraud) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • kurki il y a 4 mois

    Et Lactalis ne publie pas ses comptes ? Qu'attend le GVT pour l'y forcer ???