France-Nouvelles aides pour la filière porcine bretonne

le
1
    RENNES, 22 février (Reuters) - De nouveaux crédits, portant 
l'aide de la Bretagne à la filière porcine à 30 millions 
d'euros, vont être affectés à la modernisation des exploitations 
et à l'installation de nouveaux éleveurs, a annoncé lundi le 
président de la Région et ministre de la Défense Jean-Yves Le 
Drian. 
    "La Région met sur la table, en 2016, 30 millions d'euros 
pour permettre aux agriculteurs dans la filière porcine 
d'investir sur la modernisation des bâtiments d'élevage, 
d'investir sur la méthanisation (...) et sur l'autonomie 
alimentaire", a t-il déclaré. 
    Cette annonce a été faite à l'occasion du plan pour l'avenir 
de la filière porcine qui a été signé lundi à Rennes par 
Jean-Yves Le Drian et le ministre de l'Agriculture Stéphane Le 
Foll à l'issue d'une réunion avec les représentants de la 
filière. 
    Ce plan reprend notamment les dernières annonces du Premier 
ministre Manuel Valls sur la baisse des cotisations sociales de 
7 points qui s'appliquera à l'ensemble des agriculteurs. 
    Cette baisse, ajoutée aux 3% de décote déjà décidée l'été 
dernier, représente pour la seule région Bretagne "64 millions 
d'euros par an qui viennent en appui à la compétitivité des 
secteurs agricoles", a précisé Stéphane Le Foll. 
    Stéphane Le Foll a également déclaré qu'il espérait obtenir 
d'ici deux mois l'aval de l'Union européenne pour "laisser la 
France mener une expérimentation sur la question de l'étiquetage 
et de la traçabilité des produits transformés", une des demandes 
des agriculteurs qui multiplient les actions en France depuis 
plusieurs semaines. 
    Avec quelque 3.000 exploitations spécialisées dans l'élevage 
porcin en Bretagne, cette région représente environ 60% de la 
production porcine française. 
 
 (Pierre-Henri Allain, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2061328 il y a 10 mois

    Puisque l'on paye tout cela avec nos impôts, plutôt avec la dette puisqu'il manque des dizaines de milliards d'euros à la fin de chaque année, il faudrait au moins que l'on mange du cochon français,y compris dans les cantines scolaires plutôt que cochon qui vient de je ne sais trop où et/ou qui a du voyager pour être abattu