France-Nouvelle victoire de Jean-Marie Le Pen face à sa fille

le , mis à jour à 17:58
1

* La justice contraint le FN à organiser un congrès "physique" * Jean-Marie le Pen étudie une éventuelle candidature en Paca (Réaction du Front national) PARIS, 28 juillet (Reuters) - La justice française a infligé mardi une nouvelle défaite à Marine Le Pen dans le conflit qui l'oppose à son père en confirmant la suspension de l'assemblée générale extraordinaire du Front national censée aboutir à l'éviction de son fondateur. Cette décision de la cour d'appel de Versailles, qui intervient à quelques mois des élections régionales de décembre, contraint le parti d'extrême droite à organiser à la place de ce vote par correspondance un "congrès physique", conforme à ses statuts, ce que la présidente du FN veut à tout prix éviter. Jean-Marie Le Pen y disposerait d'une tribune pour étaler ses divergences avec sa fille, qui a décidé, avec les instances du parti, d'évincer son père après qu'il eut réitéré en avril ses propos sur le "détail" que constitue à ses yeux l'existence de chambres à gaz dans les camps de concentration nazis. Dans un communiqué, le FN dit son "étonnement", la décision de justice permettant à Jean-Marie Le Pen de conserver un titre de président d'honneur "qu'il ne mérite évidemment plus vu son comportement de plus en plus inqualifiable". La cour d'appel de Versailles a confirmé le jugement du juge des référés du tribunal de grande instance de Nanterre qui, saisi par le fondateur du parti d'extrême droite, avait estimé le 8 juillet que le "choix illicite d'un vote par correspondance" le privait "de tout moyen d'expression". L'assemblée générale extraordinaire, qui s'est déroulée par correspondance du 20 juin au 10 juillet, visait à réformer les statuts du parti, notamment en supprimant la présidence d'honneur de Jean-Marie Le Pen, âgé de 87 ans. UNE CANDIDATURE EN PACA ? Le FN annonce que le résultat de ce vote, auquel avaient participé 30.000 adhérents du parti, sera publié dès mercredi puisque, "malgré la suspension de ses effets juridiques", il a selon lui a une "incontestable autorité politique". Dans son communiqué, le parti de Marine Le Pen ajoute que "cette décision n'entrave pas la procédure disciplinaire qui parallèlement suit son cours à l'encontre de Jean-Marie Le Pen". Le tribunal de grande instance de Nanterre avait pourtant annulé le 2 juillet dernier la décision du bureau exécutif du FN de suspendre son fondateur après ses propos polémiques. Pour Frédéric Joachim, l'avocat du patriarche, la justice française a montré "son indépendance". "(Jean-Marie Le Pen) est une autorité morale incontestable, il est un organe de vigilance", a-t-il dit sur BFM TV à propos du titre de président d'honneur du FN de Jean-Marie Le Pen. Le cofondateur du parti pourrait empoisonner la campagne du FN pour les élections régionales de décembre puisqu'il n'a pas exclu une candidature à la tête d'une liste dissidente en Provence-Alpes-Côte d'Azur face à sa petite-fille Marion. "Je suis sollicité de le faire par un certain nombre de gens auxquels je n'ai donné aucune réponse", a-t-il déclaré la semaine dernière à Reuters. ID:nL5N100327 Jean-Marie Le Pen sera de nouveau jugé en correctionnelle pour avoir réaffirmé en avril que les chambres à gaz étaient "un détail" de la Seconde Guerre mondiale. Il est cité à comparaître devant la 17e chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance de Paris pour "contestation de crime contre l'humanité". La date du procès n'a pas encore été fixée. (Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • vmcfb le mardi 28 juil 2015 à 16:37

    Victoire à la Pyrrus.. Ah, ces vieux qui s'accrochent..