France-Nice Matin repris par ses salariés

le
0

NICE, 7 novembre (Reuters) - Le quotidien régional Nice Matin, en redressement judiciaire depuis le 26 mai, va devenir la propriété de ses salariés par le biais d'une Société coopérative d'intérêt collectif (SCIC), a annoncé vendredi le tribunal de commerce de Nice. Après plusieurs mois de suspense et un défilé de repreneurs potentiels, les magistrats ont rejeté les deux autres offres en lice, celle du groupe de presse belge Rossel (La Voix du Nord, Le Soir), associé à une entreprise de BTP monégasque Marzocco et l'homme d'affaires Iskandar Safa, ainsi que celle de Georges Ghosn (ex-propriétaire de La Tribune et de France Soir). Dans leur projet, les salariés misent sur 159 départs volontaires, beaucoup moins que ce que prévoyait Rossel qui avait tablé sur 376 départs sur plus de 1.000 emplois. La SCIC a interdiction de lancer tout plan social pendant cinq ans. Pour reprendre les différentes sociétés du Groupe Nice Matin qui appartenait jusqu'alors à GHM (Groupe Hersant Média), la coopérative a réussi à lever 14,2 millions d'euros de fonds venus de différents partenaires, dont plus de 2,3 millions d'euros issus des employés eux-mêmes et près de 400.000 euros de dons après un appel au financement participatif sur internet. Bernard Tapie, actionnaire majoritaire du quotidien La Provence, a également apporté un appui financier important qui va notamment lui permettre de devenir propriétaire à 100% de Corse Matin. L'homme d'affaire ne devrait pas en revanche rentrer dans le capital de Nice Matin. "Nous avons tremblé jusqu'au bout. La justice a récompensé ceux qui ne parient pas sur le déclin. Il y 1.107 emplois et familles qui croyaient être laminés", a dit à la sortie du tribunal Jean-François Roubaud, délégué SNJ. "C'est peut-être un chemin à montrer aux autres organes de presse." La coopérative entrera officiellement en jouissance du groupe Nice Matin entre ce samedi et le 1er décembre a précisé l'avocate Sandra Esquiva-Hesse. "Les actes seront signés avant le 31 décembre" a-t-elle ajouté. Robert Namias, qui a notamment été directeur général adjoint chargé de l'information de TF1, va devenir le président du directoire. Présent ce vendredi au tribunal, il n'a pas voulu détailler les changements qu'il comptait opérer. "C'est une très belle aventure, très originale", a-t-il dit. "C'est le jour des salariés. J'ai cru à leur projet et j'ai décidé de les accompagner. On fera évoluer le journal vers plus de proximité avec les lecteurs." Le groupe Nice Matin édite les quotidiens régionaux Nice-Matin (90.000 exemplaires) et Var-Matin (65.000 exemplaires). Il emploie plus d'un millier de personnes. (Matthias Galante, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant