France-Nérios maintient son offre de reprise des eaux Quézac

le
1
    TOULOUSE, 11 mai (Reuters) - Le groupe toulousain Nérios, 
propriétaire des eaux de Mont Roucous, a annoncé mercredi soir 
qu'il maintenait finalement son offre de reprise de la source 
Quézac et de son unité d'embouteillage en Lozère, qui 
appartiennent à Nestlé Waters.  
    Nérios, qui était entré en négociations exclusives avec 
Nestlé Waters  NESN.S  au mois de mars, avait dit mardi vouloir 
se retirer en raison, selon son président Jean-Claude Lacaze, de 
"la forte hostilité et de l'opposition de la CGT". 
    "Après réflexion, nous tenons à préciser que notre offre de 
reprise reste d'actualité. Nous restons convaincus du fort 
potentiel de la marque Quézac ainsi que de notre capacité à la 
développer et la pérenniser avec l'adhésion de la majorité des 
salariés restant sur le site", a fait savoir le groupe dans un 
communiqué publié mercredi. 
    L'unique candidat à la reprise de Quézac a fait évoluer son 
offre et propose désormais un investissement dans l'outil 
industriel de 3,2 millions d'euros sur trois ans, contre 1,2 
million d'euros dans son premier projet.  
    Il envisage par ailleurs la reprise de 34 salariés sur 53, 
contre 30 initialement. 
    Avant le groupe Nérios, Nestlé Waters qui détient aussi les 
marques Perrier, San Pellegrino et Vittel, avait mené des 
négociations exclusives avec Eric Besson, propriétaire des 
Sources du Pestrin, auxquelles il avait mis fin en mai 2015. 
    Après l'annonce du retrait de Nérios, le géant suisse 
l'avait incité à "revenir sur sa décision" car il s'agit selon 
lui du "seul projet de reprise qui puisse assurer un avenir à 
Quézac". 
    La CGT qualifie de son côté d'"inacceptable" le projet du 
groupe Nérios, affirmant que le repreneur a l'intention de 
"baisser les salaires de 40% et de ne pas prendre en compte 
l'ancienneté". 
    Pour le groupe Nérios, déjà propriétaire de deux marques 
d'eau plate, Mont Roucous et Rosée de la Reine, le rachat de 
Quézac permettrait de compléter son portefeuille et de 
"mutualiser les équipes de ventes". 
    La société holding Nérios a été créée en 2007 par 
Jean-Claude Lacaze pour le rachat au groupe Danone de la société 
des eaux de Mont Roucous, dont elle détient aujourd'hui plus de 
70% du capital.  
    Nérios compte 29 salariés et affiche un chiffre d'affaires 
de 3,5 millions d'euros. 
 
 (Johanna Decorse, édité par Simon Carraud) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • brinon1 il y a 7 mois

    LA CGT a été de tous temps la bête noire de NESTLE dans cette région, et NESTLE la bête noire de la CGT. Le retrait définitif et continu de Nestlé au plan régional est la suite logique de décennies de mauvaise entente. La position de la CGT face au seul repreneur en lice explique bien pourquoi NESTLE en a eu assez.