France-Montebourg soutient les "frondeurs" du PS ciblés par Valls

le
1

* Montebourg qualifie de "suicidaire" la politique de Hollande * Une intervention bienvenue pour les "frondeurs" du PS * Le Parti socialiste réunit son bureau national PARIS, 24 février (Reuters) - Arnaud Montebourg, qui a jugé "suicidaire" la politique économique de François Hollande, a ainsi apporté son soutien aux "frondeurs" du Parti socialiste qui risquent d'être sanctionnés mardi soir par le bureau national de la formation majoritaire. L'ancien ministre du Redressement productif, discret depuis son départ du gouvernement en août dernier, est sorti de son silence lundi soir en marge d'une conférence donnée à l'université américaine de Princeton (New Jersey). "Si on continue sur cette politique suicidaire -- et je lance un appel solennel aux dirigeants politiques européens, au président de la République, au Premier ministre, de cesser ces erreurs de politique économique --, nous finirons le quinquennat avec 800.000 chômeurs de plus", a-t-il dit à la presse, dans des déclarations transmises par les médias. "Donc, c'est le Front national au bout du chemin. Voilà ce qui se prépare." L'intervention du "troisième homme" de la primaire socialiste pour la présidentielle de 2012 tombe à point nommé pour les "frondeurs" du PS qui seront mis sous pression par les instances du PS, une semaine après avoir obligé le gouvernement à passer en force pour adopter la loi Macron sur la croissance. Devant le risque de voir le texte rejeté faute de majorité, le Premier ministre a utilisé l'article 49-3 de la Constitution qui contraint l'Assemblée à adopter le projet de loi sans vote ou à faire tomber le gouvernement. Manuel Valls a eu des mots très durs contre les frondeurs qu'il a jugé "irresponsables" et "immatures" de menacer un texte considéré comme crucial pour réformer l'économie française, notamment en augmentant le nombre de dimanches travaillés. "Dans le moment que nous connaissons, face aux menaces, la montée aussi de l'extrême droite, aux défis considérables pour notre pays, notamment sur le plan économique, il faut regarder le monde tel qu'il est, être sérieux et se comporter comme il le faut, c'est-à-dire avec le sens de l'intérêt général, le sens de l'Etat et avec la volonté de rassembler", a-t-il dit dimanche. "PETITES MANOEUVRES" François Hollande a quant à lui appelé samedi la majorité socialiste à la "responsabilité" et à la "lucidité" en vue des prochaines réformes qu'elle sera appelée à voter. De leur côté, les "frondeurs" dénoncent des mesures comme l'extension du travail dominical et la politique de réduction du déficit qui, selon eux, aggravent le chômage. Le Premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis a annoncé son intention de mettre "les points sur les 'i'" au PS, mais n'a pas évoqué d'éventuelles sanctions. Bruno Le Roux, chef de file des députés socialistes à l'Assemblée, a lui aussi exclu des mesures d'exclusion tout en dénonçant des "petites manoeuvres" et en demandant plus de solidarité à quatre mois du congrès du PS, du 4 au 7 juin. Le député socialiste Luc Carvounas a appelé lundi à une clarification avec les frondeurs. "Je sais que ça va leur faire mal aux oreilles mais c'est la réalité : ils ne peuvent pas continuer, eux qui sont la minorité, de faire sauter à la corde la majorité de ce pays", a-t-il déclaré sur BFM TV. Six Français sur dix estiment que le PS est menacé d'implosion, selon un sondage Odoxa pour Le Parisien et iTELE. (Yves Clarisse, édité par Chine Labbé)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5062559 le mardi 24 fév 2015 à 12:45

    Montebourg tu ne fais que te tromper. les frondeurs se so,nt des trompeurs. Avec leur politique qui depuis deux ans a été prise en compte on voit les résultats;