France-Michel Neyret, ex-star de l'antigang, jugé pour corruption

le
0
    * Michel Neyret accusé d'avoir franchi la ligne rouge 
    * La gestion des indicateurs au coeur du procès 
 
    PARIS, 2 mai(Reuters) - Près de cinq ans après sa chute, 
l'ancienne star de la police lyonnaise Michel Neyret comparaît 
depuis lundi devant le tribunal correctionnel de Paris pour 
corruption et trafic de stupéfiants aux côtés de huit autres 
prévenus. 
    Il est accusé d'avoir franchi la frontière qui sépare "flics 
et voyous" en acceptant des cadeaux de membres du milieu en 
échange de services, et d'avoir détourné plusieurs kilos de 
résine de cannabis afin de rémunérer des informateurs. 
    L'ancien numéro 2 de la PJ de Lyon, âgé de 60 ans et qui a 
déjà passé huit mois en prison, s'est dit "combatif", à son 
arrivée devant le tribunal, où il encourt dix ans de prison.  
    Aux côtés de Michel Neyret, ont pris place sept personnes, 
dont son épouse Nicole, un avocat et trois fonctionnaires de 
police. Un huitième prévenu est en fuite. 
    Cet homme au physique d'acteur avait collaboré avec le 
cinéma, notamment pour le film d'Olivier Marshall "Les 
Lyonnais", qui raconte l'affaire du Gang des Lyonnais et dont un 
personnage de commissaire est inspiré de lui.  
    "Sa ligne de défense reste: j'ai fait ça dans l'intérêt du 
service", explique Richard Schittly, auteur du livre 
"Commissaire Neyret, chute d'une star de l'antigang".  
    Michel Neyret s'inquiète que le justice ne fasse preuve de 
sévérité envers un homme longtemps présenté comme un modèle et 
est en même temps "pressé d'en finir et de s'expliquer", a 
expliqué l'un de ses avocats, Yves Sauvayre. 
    Patron de la brigade antigang de Lyon pendant vingt ans, 
Michel Neyret a accumulé les succès dans ses enquêtes et fait 
tomber nombre de délinquants de haut vol avant d'être arrêté par 
l'IGS, la police des polices, en 2011. 
    Les relations entre policiers et informateurs, toujours très 
complexes, sont au cœur du procès. 
     
    "TOUT LE MONDE ÉTAIT CONTENT" 
    "On ne fera pas l'économie d'un débat sur les méthodes de la 
police. Tout le monde était content des méthodes de Michel 
Neyret", a dit Yves Sauvayre, qui déplore une hypocrisie. 
    Le dossier saisi à la direction de la PJ "témoigne d'un 
fonctionnaire de police tout a fait exceptionnel", lit-on dans 
l'ordonnance de renvoi devant le tribunal. Michel Neyret a reçu 
la Légion d'honneur pour ses états de service. 
    Il va devoir s'expliquer jusqu'au 24 mai sur les liens 
amicaux qu'il entretenait avec l'une des figures du milieu 
lyonnais, Gilles Benichou, qu'il a décrit comme un "personnage 
attachant aux valeurs familiales fortes". 
    L'ancien policier est également soupçonné d'être intervenu 
auprès de policiers ou de magistrats pour informer des 
malfaiteurs de l'état d'une procédure, notamment. 
    Le magistrat chargé de l'enquête a détaillé les cadeaux 
reçus par l'ancien policier ou son épouse Nicole: des séjours 
dans des hôtels de luxe au Maroc et à Cannes, notamment, deux 
montres de luxe, dont une de 30.000 euros, des sommes en 
liquide, des prêts de voitures, dont une Ferrari. 
    Dans une écoute téléphonique versée au dossier, Nicole 
Neyret reproche à Gilles Benichou d'avoir "pourri" son mari.  
    L'épouse de l'ex-policier devra également dire devant le 
tribunal pourquoi elle s'est rendue à Genève avec Gilles 
Benichou pour créer une société et ouvrir un compte bancaire. 
    Michel Neyret se voit également reprocher d'avoir récupéré 
de la résine de cannabis juste avant destruction afin de 
rémunérer des informateurs.  
    Il a admis avoir sollicité, outre un membre de son service, 
d'autres fonctionnaires de police dans le cadre d'un "projet de 
fidélisation des informateurs". 
 
 (Gérard Bon, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant