France-Mélenchon veut faire de 2017 un "référendum" sur l'Europe

le
0
    PARIS, 24 août (Reuters) - L'eurodéputé Jean-Luc Mélenchon, 
favorable à une refonte en profondeur de l'Union européenne, 
voire à une sortie de la France de l'UE, veut faire de 
l'élection présidentielle de 2017 un référendum sur les traités 
européens.     
    "Le choix du prochain président est un choix sur l'Europe. 
Je veux faire de la présidentielle un référendum sur les traités 
européens", déclare le co-fondateur du Parti de gauche dans une 
interview au Monde, publié mercredi sur le site du quotidien. 
    "Ce qui me distingue de beaucoup d'autres courants de 
gauche, c'est que, dans mon esprit, la nation est un levier de 
la bataille européenne. La France est forte", dit encore 
Jean-Luc Mélenchon, qui avait obtenu 11,1% des voix en 2012. 
    "La situation (est) absurde : les dogmes économiques et 
politiques de l'Europe à l'allemande ont tout bloqué. Et on nous 
propose de continuer ! Tout le monde sait qu'un nouveau traité 
est prévu pour 2017", ajoute-t-il. 
    Au lendemain du vote des Britanniques en faveur du Brexit, 
fin juin, Jean-Luc Mélenchon avait salué ce résultat, y voyant 
"une occasion extraordinaire pour la France de revenir sur le 
devant de la scène et de proposer de tout autres méthodes". 
    Chef de file d'une gauche anti-François Hollande, l'ancien 
socialiste fait sa rentrée dimanche à l'occasion d'un 
"pique-nique" organisé à Toulouse. 
    Dans la perspective des élections de 2017, il occupe un 
espace politique sur lequel pourraient empiéter les socialistes 
Arnaud Montebourg, qui s'est dévoilé dimanche dernier, mais 
aussi Benoît Hamon, Marie-Noëlle Lienemann et Gérard Filoche, 
candidats à la primaire du PS. 
    Dans la même interview au Monde, Jean-Luc Mélenchon dit se 
réjouir de cette concurrence.  
    "Aujourd'hui, la peur est le seul lien proposé aux Français. 
Quand surgissent les candidatures d'Hamon, Montebourg, Duflot, 
Lienemann et Filoche, cela élargit l'espace pour d'autres 
thèmes", juge l'ancien ministre de Lionel Jospin. 
    "La première chose que ces candidatures disent, c'est que 
Hollande a échoué", insiste-t-il. 
 
 (Simon Carraud, édité par Emmanuel Jarry) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant