France-MCM et Corsica Maritima projettent de fusionner

le
1
    MARSEILLE, 27 janvier (Reuters) - Maritima Ferries (MCM), 
l'ex-SNCM, et le consortium d'entreprises Corsica Maritima ont 
annoncé mercredi un projet de fusion, un mois à peine après le 
lancement par le transporteur corse Patrick Rocca de la première 
compagnie. 
    "Ce rapprochement est envisagé afin de répondre à deux 
enjeux majeurs : assurer la pérennité de la compagnie et des 900 
emplois sauvés; dans un contexte de baisse des subventions 
publiques, répondre aux aspirations de la Collectivité 
Territoriale de Corse qui a lancé la réflexion sur l'avenir des 
dessertes maritimes entre la Corse et le continent", peut-on 
lire dans un communiqué des deux parties. 
    Conjointement créée par deux anciens candidats à la reprise 
de la SNCM, le consortium Corsica Maritima et l'armateur Daniel 
Berrebi, Corsica Linea, a ouvert en janvier une ligne de fret 
concurrente entre la Corse et le continent qui a contribué à 
davantage fragiliser la situation de la nouvelle compagnie MCM. 
    La fusion projetée, qui devra être validée par le tribunal 
de commerce de Marseille, "permettrait aux principaux acteurs 
économiques corses d'assurer les liaisons maritimes entre la 
Corse et le continent, ainsi que les liaisons vers l'Algérie et 
la Tunisie", dit le communiqué. 
    Dans ce texte, Patrick Rocca, qui a pourtant été forcé à 
envisager cette fusion, déclare que "cette alliance fera mentir 
tous ceux qui pensaient que les divergences l'emporteraient. 
C'est une excellente nouvelle pour la Corse : ses entrepreneurs 
vont réaliser les dessertes maritimes dont la Corse a besoin." 
    François Padrona, patron de Corsica Linea, qualifie l'accord 
d'historique et estime que "la Corse reprendra en main son 
destin maritime, avec une stratégie d'entreprise qui sera 
innovante, et un impact positif et pérenne pour les salariés". 
     
    PROTOCOLE D'ACCORD 
    Le protocole d'accord prévoirait notamment un échange de 
capital entre le repreneur de la SNCM, désigné le 20 novembre 
par le tribunal de commerce de Marseille, et CM Holding, qui 
détient 80% de la société Corsica Linea, avait-on précisé mardi 
de source proche du dossier, confirmant une information de la 
revue spécialisée Le Marin. 
    "Le document du protocole d'accord, signé par MCM et le 
consortium Corsica Maritima, prévoit l'entrée de MCM au capital 
de CM Holding, la société de tête de Corsica Maritima en échange 
du fonds de commerce de l'ex-SNCM et des contrats de location 
des navires", disait le magazine sur son site web. 
    La fusion entre les deux rivaux corses s'inscrit dans la 
volonté marquée de la collectivité territoriale de Corse (CTC), 
dirigée depuis décembre par les nationalistes, de créer d'ici 
l'été une compagnie régionale pour assurer les liaisons entre la 
Corse et le continent. 
    La CTC a présenté à cet effet lundi un protocole d'accord 
pour constituer une société d'économie mixte, dont elle 
détiendrait 51% du capital. 
    Corsica Linea et la Méridionale, qui est délégataire du 
service public de transport maritime entre la Corse et 
Marseille, ont signé ce protocole d'accord, de même que le 
Syndicat des travailleurs corse (STC) et la CFDT Corsica. 
    La Méridionale a précisé lundi dans un communiqué qu'elle 
avait répondu favorablement à une invitation de la CTC pour 
"participer à un groupe de réflexion et de travail relatif à la 
création d'une compagnie maritime corse", mais s'est déclarée 
soucieuse de conserver "son indépendance de gestion et de 
management". 
 
 (Jean-François Rosnoblet, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • C177571 il y a 11 mois

    Combien de temps faudra -t-il à la CGT pour couler cette nouvelle compagnie? Les paris sont ouverts !!