France-Martine Aubry ne participera pas à la primaire socialiste

le
1
    PARIS, 19 août (Reuters) - La maire de Lille Martine Aubry a 
confirmé vendredi qu'elle ne participerait pas à la primaire du 
Parti socialiste de janvier. 
    L'ex-candidate à la primaire de 2011 s'exprimait en marge 
d'un point presse présentant l'opération "Lille reste en fête", 
qui prendra la place les 3 et 4 septembre de Braderie de Lille, 
dont l'annulation a été annoncée au début du mois.    
    Interrogée sur le candidat qu'elle comptait soutenir lors de 
ce scrutin interne au PS, Martine Aubry a répondu : "Moi je ne 
suis pas candidate, voilà, c'est la seule chose que je peux vous 
dire." 
    "Qui est-ce qui finalement va gérer notre pays, va essayer 
de lui redonner envie d'avenir, envie de vivre ensemble et va 
lui redonner envie d'être fier d'être Français ? Moi c'est 
là-dessus que je travaillerai avec celui qui portera avec le 
plus de chances ce projet", a-t-elle précisé.     
    Martine Aubry a régulièrement fait entendre sa différence au 
sein de la majorité depuis le début du mandat de François 
Hollande, s'élevant notamment ces derniers mois contre le projet 
d'inscrire la déchéance de nationalité dans la Constitution et 
dénonçant la loi Travail.      
    L'ancien ministre de l'Education nationale Benoît Hamon a 
annoncé mardi sa candidature à la primaire du PS, rejoignant 
d'autres prétendants de la gauche du PS comme la sénatrice 
Marie-Noëlle Lienemann et Gérard Filoche.   
    Son ex-collègue du Redressement productif Arnaud Montebourg, 
devrait se lancer à son tour dimanche dans la course à 
l'élection présidentielle de 2017 mais il reste à savoir s'il 
choisira de participer à la primaire ou de se présenter 
directement devant les Français.       
 
 (Pierre Savary à Lille, avec Myriam Rivet à Paris, édité par 
Yann Le Guernigou) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4709037 il y a 9 mois

    c'est sûr qu'elle préfère sa vie tranquille et confortable à Lille car elle sait que ses propositions sont assez ringardes dans l’économie mondiale ouverte à la compétition. Elle préfère donner des leçons en sa gardant bien sûr d'être en position d'agir pour dire ensuite comme Hollande "c'est dur, vraiment dur ce métier de président;..".