France-Marine Le Pen demande un "débat national" post-attentats

le
3

PARIS, 20 janvier (Reuters) - La présidente du Front national Marine Le Pen a envoyé mardi un courrier à François Hollande et à son Premier ministre Manuel Valls pour demander l'organisation d'un "débat national" après les attentats djihadistes qui ont fait 17 morts en France. Dans ce courrier dont copie a été envoyée aux ministres de l'Intérieur, de la Justice, de l'Education Nationale, des Affaires Etrangères, de la Défense, de la Culture et des Affaires Sociales, elle suggère un débat "large", à travers des consultations gouvernementales, des discussions parlementaires ou encore des débats locaux. "Si la formation politique que je préside et les millions d'électeurs qu'elle représente s'est naturellement jointe à l'unité nationale en hommage aux dix-sept Français tués et contre l'obscurantisme, elle estime, comme je vous l'ai dit lors de notre rendez-vous, que son rôle est d'inciter aujourd'hui au vrai débat", écrit Marine Le Pen dans cette lettre rendue publique mercredi. "Voilà pourquoi je sollicite auprès de vous l'organisation d'un vaste débat national qui permette d'aborder l'ensemble des problématiques que posent ces attentats." L'envoi de ce courrier intervient juste avant l'annonce, par le gouvernement, d'une nouvelle série de mesures sécuritaires d'urgence mercredi. Ces mesures visent à "colmater" les "failles" mises au jour dans le suivi des auteurs des tueries, connus des services de renseignement, comme l'a rappelé mardi matin le porte-parole du gouvernement. Mais Marine Le Pen se dit "persuadée" que les Français attendent davantage, à savoir la remise à plat de "l'ensemble des politiques publiques qui entraînent la montée du fondamentalisme islamiste, les multiples fractures qui traversent notre société et les violences nouvelles que nos compatriotes subissent au quotidien". "La réponse globale que nous devons apporter à ces drames, à ces fractures, à ces violences ne peut pas faire l'économie d'un débat sur l'immigration, le communautarisme, la laïcité et notre politique étrangère. Ces quatre sujets, tous liés les uns aux autres, doivent être le coeur de ce grand débat national que je vous propose", écrit-elle. Estimant avoir été exclue de la "marche républicaine" qui a réuni au moins 3,7 millions de personnes dans le pays, Marine Le Pen a participé le 11 janvier dernier à un rassemblement à Beaucaire, ville du Gard gérée par le FN. ID:nL6N0UQ0PK (Chine Labbé, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le mardi 20 jan 2015 à 14:16

    Elle veut le faire à Beaucaire encore???

  • jean.e le mardi 20 jan 2015 à 13:54

    elle a raison

  • M940878 le mardi 20 jan 2015 à 13:49

    c'est la moindre des choses