France-Marine Le Pen accusée de justifier la torture

le
5

(Actualisé avec réactions) PARIS, 10 décembre (Reuters) - Marine Le Pen a laissé entendre mardi qu'il pouvait être utile dans des cas extrêmes de faire parler sous la torture avant de démentir l'interprétation de ses propos, s'attirant néanmoins de vives critiques à gauche. Le député radical de gauche Alain Tourret a ainsi appelé la ministre de la Justice à engager des poursuites à l'encontre de la présidente du Front national. "Le recours à la torture, quel que soit l'infraction ou le crime commis, assimile les tortionnaires aux criminels supposés qui sont arrêtés. Il est contraire aux lois de la République, aux lois de l'humanité", écrit-il dans un communiqué. Les députés socialistes Yann Galut et Alexis Bachelay, de la Gauche forte, dénoncent des "propos indignes" qui s'inscrivent, selon eux, "dans le sillage des provocations successives de Jean-Marie Le Pen" qui a "volontairement entretenu l'ambiguïté sur la torture lors de la guerre d'Algérie." Interrogée sur le rapport américain détaillant des sévices infligés par la CIA à des suspects de terrorisme, Marine Le Pen a déclaré sur BFM TV : "Moi, je ne condamne pas. Sur ces sujets-là, il est assez facile de venir sur un plateau de télévision pour dire : 'Ouh là là ! C'est mal'." "Il peut y avoir des cas, permettez-moi de vous dire, quand une bombe -tictac tictac tictac - doit exploser dans une heure ou deux et accessoirement peut faire 200 ou 300 victimes civiles, où il est utile de faire parler la personne pour savoir où est la bombe", a-t-elle ajouté. Priée de dire si c'était le cas "même sous la torture", l'eurodéputée a répondu: "avec les moyens qu'on peut". Plus tard dans la matinée, Marine Le Pen a déclaré sur son compte Twitter que lui prêter une justification de la torture était "une interprétation malveillante". "Face au terrorisme, pas d'angélisme. 'Les moyens qu'on peut': les moyens de la loi, évidemment pas la torture", écrit-elle. (Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cavalair le mercredi 10 déc 2014 à 14:58

    @g.joly Avec le FN, c'est le retour au moyen-âge. C'est une avancee sachant que le socialisme c'est l'age de pierre

  • M5647540 le mercredi 10 déc 2014 à 13:33

    Là tous les oui-oui et les bisounours vont s'insurger, mais j'ai bien peur que la réalité ne soit pas aussi tranchée. Je ne dis pas que je suis pour, ni contre, mais il convient de réfléchir un peu sur ce sujet pas si simple que cela. On veut faire preuve d'humanisme et de compassion, très bien, mais pas sûr que les terroristes en fassent de même. Dès lors, je serais bien content que qqun fasse le "sale travail" pour me protéger moi et mes concitoyens des horreurs terroristes.

  • M1310580 le mercredi 10 déc 2014 à 13:32

    il ne faut pas dévier le débat, on ne parle que d'utiliser des procédés contre la volonté dans des cas extrêmes où il est vital d'obtenir une information comme sauver la vie d'innocents lorsqu'il faut aller chercher l'information rapidement et efficacement, ce n'est évidemment pas pour le plaisir, ce n'est pas le but, ni pour tout autre raison d'ailleurs !

  • M1310580 le mercredi 10 déc 2014 à 13:27

    les gens pragmatiques ne sont pas inhumains !

  • M5061253 le mercredi 10 déc 2014 à 13:18

    Question:un terroriste a posé une bombe qui doit exploser dans un instant et fera une centaine de victimes innocentes.Comment fait-on pour obtenir de lui le renseignement.Le lui demander poliment suffira-t-il?Fait on plus de cas de la personne du terroriste que des 100 victimes?