France-Manifestation contre les agressions anti-Chinois à Paris

le
0
 (Actualisé avec Valls) 
    PARIS, 4 septembre (Reuters) - Au moins 13.500 personnes ont 
manifesté dimanche à Paris pour protester contre la violence et 
les agressions commises à l'encontre de la communauté chinoise 
et réclamer des mesures de protection supplémentaires, un mois 
après la mort d'un couturier chinois à Aubervilliers 
(Seine-Saint-Denis).   
    Il s'agit de la quatrième marche organisée depuis 
l'agression le 7 août dernier de Zhang Chaolin, un père de 
famille de 49 ans, par des hommes qui voulaient s'emparer du sac 
d'un de ses amis. 
    Sa mort des suites de ses blessures le 12 août a suscité une 
vague d'émotion et d'indignation dans cette ville de la banlieue 
nord de Paris.  
    "Zhang Chaolin mort pour rien : qui sera le prochain?", 
pouvait-on lire dimanche sur de grandes affiches installées 
place de la République.  
    Agitant des petits drapeaux français, les manifestants, dont 
la plupart portaient des tee-shirts blancs arborant le slogan 
"Sécurité pour tous", ont défilé de République à Bastille en 
scandant "sécurité, sécurité, sécurité".  
    "Nous sommes là pour défendre nos droits", a dit Lichao, 
l'un des manifestants, à Reuters TV. "En France, les Asiatiques 
ont droit à la sécurité, ça c'est notre droit, on est ici pour 
défendre ça." 
    "On a peur parce qu'il y a beaucoup d'agressions, il y en a 
trop, il faut que ça s'arrête", a-t-il ajouté. 
    Selon la préfecture de Police de Paris, entre 13.500 et 
14.000 personnes ont participé à la manifestation.  
    Dans un message publié sur Twitter, Manuel Valls apporte son 
"soutien total" à ses "compatriotes d'origine asiatique". 
    "Les violences qui les visent sont insupportables", écrit le 
Premier ministre. "La République sera donc intraitable." 
    Lors d'une rencontre avec la famille de Zhang Chaolin en 
août, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve s'est engagé 
à renforcer les effectifs de police à Aubervilliers et s'est dit 
prêt à "cofinancer l'installation de caméras de vidéoprotection" 
dans la ville.  
    Au-delà de la communauté chinoise résidant en France, les 
touristes chinois, japonais et coréens, réputés pour transporter 
souvent d'importantes sommes d'argent en liquide sur eux, sont 
régulièrement la cible de malfaiteurs dans la région parisienne. 
    Début août, les passagers d'un car de touristes chinois ont 
ainsi été dévalisés par une demi-douzaine d'hommes devant un 
hôtel proche de l'aéroport de Roissy  . 
 
 (Clotaire Achi et Marine Pennetier, édité par Jean-Stéphane 
Brosse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant