France-Mandat dominicain contre Chauprade pour Air cocaïne

le
0

SAINT-DOMINGUE, 23 novembre (Reuters) - La justice dominicaine a émis un mandat d'arrêt contre trois Français, dont le député européen démissionnaire du Front national Aymeric Chauprade, pour leur participation présumée à l'évasion des pilotes français condamnés dans l'affaire dite "Air cocaïne". Le procureur général Francisco Dominguez Brito a précisé lundi que la décision avait été prise après présentation des "preuves de l'implication présumée" des trois hommes dans la fuite des deux pilotes français. Le mandat d'arrêt implique une demande internationale d'arrestation, appelée "notice rouge", diffusée par Interpol, l'Organisation internationale de police criminelle (OIPC). Cela implique que si l'un ou plusieurs d'entre eux venaient à quitter le territoire français pour se rendre dans un autre pays, "ils seraient arrêtés pour répondre devant la justice dominicaine", a précisé Francisco Dominguez Brito dans un communiqué. Outre Frédéric Chauprade, le mandat d'arrêt vise Christophe Naudin, un spécialiste de la sûreté aérienne, et Pierre Malinowski, assistant parlementaire de Jean-Marie Le Pen, le fondateur du Front national. Au moins deux d'entre eux ont reconnu leur participation à l'évasion de République dominicaine de Pascal Fauret et Bruno Odos. Pascal Fauret et Bruno Odos ont été placés en détention provisoire au début du mois après leur fuite de la République dominicaine, où ils avaient été interpellés en mars 2013 alors qu'ils pilotaient un Falcon 50 à bord duquel ont été découverts près de 700 kilos de cocaïne. Deux autres Français, arrêtés en même temps, sont toujours à Saint-Domingue sous contrôle judiciaire dans l'attente de leur procès en appel. Les quatre hommes, qui clament leur innocence, ont été mis en examen en mai 2013 par la justice française pour "importation de produits stupéfiants en bande organisée et association de malfaiteurs". Ils ont été condamnés à vingt ans de prison en première instance en République dominicaine, qui a émis un mandat d'arrêt international. La France n'extrade pas ses ressortissants. (Jorge Pineda, avec Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant