France-Macron veut "rétablir la vérité" sur sa situation fiscale

le
0
    * Macron donne le détail de son ISF 
    * Une différence d'évaluation qu'il n'a pas voulu contester 
 
    PARIS, 13 juin (Reuters) - Emmanuel Macron a acquitté 4.174 
euros d'ISF (Impôt de solidarité sur la fortune) pour 2013 puis 
2.264 euros pour 2014 après avoir régularisé sa situation avec 
l'administration fiscale. 
    Le ministre de l'Economie donne ces précisions dans une mise 
au point publiée sur Facebook pour "rétablir la vérité" après 
les informations diffusées par le Canard enchaîné et le site 
Mediapart selon lesquelles il était assujetti à l'impôt sur la 
fortune après avoir été contraint de réévaluer un bien 
immobilier.   
    "Des propos qui sont faux circulent pour me discréditer. 
C'est mon civisme et celui de ma famille qui sont visés par ces 
commentaires. C'est notre intégrité qui est questionnée", 
écrit-il pour justifier sa démarche. 
    "La vie politique n'est pas une jungle où tout peut être dit 
pour salir, où le soupçon remplace la transparence et où les 
indispensables contre-pouvoirs deviennent un autre pouvoir 
lui-même intouchable", ajoute Emmanuel Macron, dont les 
ambitions politiques agacent plusieurs de ses collègues au 
gouvernement. 
    Emmanuel Macron se défend d'avoir rien dissimulé au fisc ni 
d'avoir sous-évalué son patrimoine pour échapper à l'ISF et 
indique que le problème a porté sur l'évaluation de la maison de 
famille de son épouse au Touquet. 
    Selon lui, un expert indépendant auprès de la cour de la 
Cassation l'a estimée 1,2 million d'euros alors que 
l'administration fiscale a arrêté sa valeur à 1,45 million, ce 
qui l'a conduit à franchir le seuil d'imposition à l'ISF. 
     
    COLPORTER DES RUMEURS 
    "Compte tenu de mes fonctions, j'ai accepté cette évaluation 
administrative et j'ai renoncé à engager plus avant les 
discussions (...) il n'était pas envisageable pour moi, comme 
ministre, d'entamer un dialogue plus long voire une action 
contentieuse contre l'administration", explique-t-il.  
    Le 18 septembre 2015, "j'ai donc procédé au règlement d'un 
ISF, pour les années 2013 et 2014, respectivement de 4.174 euros 
et 2.264 euros", précise Emmanuel Macron.  
    "Il est donc faux de dire que j'aurais fait l'objet d'une 
procédure de redressement fiscal, car c'est une régularisation 
que j'ai moi-même effectuée", ajoute-t-il avant de s'étonner que 
"que près de neuf mois plus tard, ces échanges aient été 
'révélés' le même jour et au même moment par deux titres de 
presse différents". 
    Le ministre de l'Economie s'explique aussi sur les emprunts 
contracté pour l'acquisition d'un appartement à Paris en 2007 
jusqu'à sa revente en 2015 en assurant que sa situation, y 
compris ces prêts, a été intégralement exposée et mise à jour 
dans ses déclarations d'intérêts à la Haute Autorité pour la 
Transparence de la Vie Publique. 
    Il indique enfin que, s'il n'a pas confirmé à la même 
autorité sa présence au conseil d'administration de la revue 
Esprit en 2014, c'est qu'il ne participait plus à ses travaux, 
qu'il n'y avait en tout état de cause aucune interférence avec 
son périmètre ministériel et que son mandat était "bénévole". 
    "Voilà les faits. Que tous ceux qui ont pu à mon égard 
colporter des rumeurs ou tout simplement réclamer plus de 
transparence s'imposent la même avant de parler", conclut-il.  
 
 (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant