France-Macron veut aussi parler aux électeurs du Front national

le
0
    PARIS, 24 septembre (Reuters) - Emmanuel Macron, qui a 
quitté le gouvernement pour tenter de constituer un 
"rassemblement progressiste" dans la perspective de l'élection 
présidentielle de 2017, a déclaré samedi à BFM TV qu'il 
entendait aussi parler aux électeurs du Front national. 
    L'ex-ministre de l'Economie a estimé que nombre d'électeurs 
du parti d'extrême droite étaient plus motivés par la colère 
face à l'incapacité du personnel politique actuel à résoudre 
leurs difficultés que par une adhésion aux idées du FN. 
    Il a cité l'exemple d'anciens camarades d'école à Amiens, 
qui "votent FN" parce ce "qu'on ne leur parle plus" et parce 
qu'ils "n'en peuvent plus d'un système qui se reproduit" mais 
qui "n'ont rien à voir avec l'idéologie du FN". 
    "Bien sûr (...) que je veux leur parler", a-t-il déclaré.   
"Mais pas pour leur faire la morale, pas pour leur expliquer 
(...) que ce sont de mauvais français. Pour entendre leur colère 
aussi, pour comprendre ce qui les a conduit à faire ce choix." 
    Pour faire barrage au FN, "on doit aller parler aux 
Françaises et aux Français qui se tournent vers (lui), parfois 
pour de bonnes raisons mais sans parfois saisir que les réponses 
sont incohérentes, comme sur l'Europe, comme sur l'économie, 
comme parfois sur la sécurité, et aller au fond des choses pour 
proposer autre chose", a-t-il insisté. 
 
 (Emmanuel Jarry, avec Catherine Lagrange à Lyon) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant