France-Macron se défend d'avoir "détricoté" sa loi

le
0

PARIS, 6 février (Reuters) - Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, s'est défendu vendredi d'avoir accepté le "détricotage" de son projet de loi sur la croissance et l'activité au fur et à mesure des débats à l'Assemblée, malgré les nombreuses modifications apportées. Commencé le 26 janvier, l'examen de la "loi Macron" par les députés se poursuit et continuera la semaine prochaine. Il restait vendredi environ 1.200 amendements à examiner sur les 3.000 déposés sur les 208 articles que compte le projet de loi. Face à diverses pressions, l'amendement relatif au "secret des affaires", introduit en commission, a été retiré. Le dispositif dit du "corridor tarifaire", vivement dénoncé par les notaires, a lui aussi été retiré par le ministre. "Quand j'entends parfois certains, parce qu'ils ne regardent pas les choses en détail, dire qu'on 'détricote' le texte, c'est tout l'inverse qui est ici démontré", a-t-il dit à la presse. "Ce texte a fait l'objet d'ajustements techniques indispensables et de beaucoup d'ajouts que les parlementaires ont faits." Pour Emmanuel Macron, "l'objectif qui est partout recherché c'est l'intérêt général". "Ce que les parlementaires ont apporté à ce texte c'est une recherche d'intérêt général. C'est l'objectif de ce texte tout entier", a-t-il affirmé. "Ne vous fiez pas à ces réactions immédiates", a-t-il dit en faisant allusion aux opérations escargot des auto-écoles ce vendredi à Paris. "Elles ont leur part de légitimité mais je pense que partout dans ce texte on enrichit nos dispositions avec de vraies mesures d'intérêt général", a conclu le ministre. (Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant