France-Macron rend hommage à Rocard, érigé en "modèle"

le
0
    AIX-EN-PROVENCE, Bouches-du-Rhône, 3 juillet (Reuters) - Le 
ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a rendu hommage 
dimanche à Michel Rocard après la mort de l'ancien Premier 
ministre, qu'il voit comme un "modèle" avec lequel la classe 
politique s'est parfois montrée injuste. 
    "Michel Rocard fait partie des grands exemples de la vie 
politique française. C'est pour moi un exemple d'abord par sa 
liberté", a dit à la presse le ministre français en marge d'un 
débat aux Rencontres économiques d'Aix-en-Provence. 
    "Je suis d'une autre génération. Prendre quelqu'un en 
exemple, ce n'est pas vouloir lui ressembler en tous points 
(...). La France d'aujourd'hui n'est pas celle des années 70, 
les défis ne sont pas les mêmes", a ajouté Emmanuel Macron au 
lendemain de la mort, à 85 ans, du représentant de la "deuxième 
gauche".     
    "C'était un homme libre qui ne s'est jamais laissé 
emprisonner par les jeux d'appareil" pour "tenir cet équilibre 
exigeant entre la pensée et l'action qui a fondé son travail". 
"Et puis il aimait le temps long. Il a mené des combats au-delà 
des vicissitudes du moment", a souligné le ministre. 
    Selon lui, "c'était à la fois un homme de conviction et un 
homme d'Etat avec un formidable enthousiasme". "Il a parfois 
raté des combats, parfois été injustement traité. Notre vie 
politique a été très injuste avec lui, mais rien ne l'a vraiment 
arrêté", a estimé Emmanuel Macron.  
    L'ex-secrétaire général adjoint de l'Elysée avait déjà 
revendiqué l'héritage de Michel Rocard, lequel l'avait adoubé, 
tout en lui réservant des commentaires contrastés dans une 
interview accordée à l'hebdomadaire Le Point au mois de juin. 
    "(Manuel Valls et Emmanuel Macron) n'ont pas eu la chance de 
connaître le socialisme des origines, qui avait une dimension 
internationale et portait un modèle de société (...) Le pauvre 
Macron est ignorant de tout cela", avait-il jugé. 
    "La conscience de porter une histoire collective a disparu, 
or elle était notre ciment. Macron comme Valls ont été formés 
dans un parti amputé. Ils sont loin de l'Histoire", avait 
également dit l'ancien patron du PS.  
     
    LIRE 
    Rocard, l'éternel rival de François Mitterrand    
   
        
 
 (Jean-François Rosnoblet, édité par Simon Carraud) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant