France-Macron réaffirme l'engagement de l'Etat auprès d'Alstom

le , mis à jour à 14:51
0

* Macron veut zéro licenciement à Alstom Transport * Appel d'offres pour le TGV du futur par Gilbert Reilhac BELFORT, 28 mai (Reuters) - Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a réaffirmé jeudi l'engagement de l'Etat aux côtés d'Alstom ALSO.PA , que la vente de ses turbines à gaz à l'Américain General Electric GE.N va priver de 70% de son chiffre d'affaires et de ses effectifs. Annoncée en juin dernier, cette opération à 12,35 milliards d'euros fait en ce moment l'objet d'un examen par la Commission européenne, dont l'avis est attendu au deuxième semestre 2015. Emmanuel Macron, qui effectuait une visite sur le site de Belfort où les activités des deux entreprises sont étroitement imbriquées, s'est engagé à ce que la branche transport d'Alstom, confrontée à une baisse d'activité, évite le plan social craint depuis plusieurs mois par les syndicats. "Mon objectif, c'est qu'il y ait zéro licenciement et des perspectives de redémarrage pour Alstom Transport", a-t-il affirmé devant une partie des 600 employés belfortains de la branche, rassemblé dans le hall d'assemblage des motrices TGV et "Kazakhstan". Le ministre, qui avait revêtu le blouson et la casquette des ouvriers d'Alstom, a annoncé une accélération du programme de nouvelle génération des trains à grande vitesse. La SNCF lancera "avant la fin juin", un appel d'offre pour une coentreprise d'ingénierie qui concevra ce "TGV du futur". L'entreprise publique y investira 50 millions d'euros, l'Etat 100 millions d'euros via les Investissements d'avenir. "Les perspectives à court terme sur ce marché, c'est au total 400 rames, 200 à l'international, 200 en France", a précisé Emmanuel Macron lors d'un point de presse. RENCONTRE AVEC LES SALARIES Le ministre a également confirmé l'intention de l'Etat de concrétiser l'option d'achat de 20% du capital d'Alstom auprès de Bouygues, son principal actionnaire, ou sur le marché, une fois la vente des activités turbines à gaz finalisée. L'accord conclu en juin dernier prévoit que Bouygues concède à l'Etat 20% des droits de vote avec un droit d'achat sur une certaine période. "Comme nous nous le sommes réservé, nous comptons vraisemblablement l'utiliser, mais ça ne vaut pas dire qu'on le fera tout de suite", a-t-il dit. Le ministre de l'Economie s'est également félicité des engagements pris par General Electric de maintenir tous les emplois en France et d'en créer 1.000 supplémentaires. Avant une rencontre avec les salariés des deux entreprises et un dialogue musclé avec des militants de la CGT venus dénoncer la loi sur la modernisation de l'économie et l'extension du travail le dimanche, il a visité le hall de fabrication des turbines à vapeur pour centrales nucléaires, une activité qui sera logée dans une co-entreprise GE-Alstom. Son siège mondial sera à Belfort. Reçu par les dirigeants de General Electric, il a par ailleurs découvert le premier exemplaire de la turbine "9HA", fruit d'un partenariat entre l'entreprise américaine et EDF qui en équipera l'an prochain sa centrale thermique de Bouchain (Nord). Les exemplaires suivants iront en Russie et au Japon. Cette turbine de 570 MW, donnée comme la plus grosse et la plus productive au monde, produit également moins de CO2. "C'est l'exemple de l'industrie du futur", a affirmé le ministre, en référence au programme de redressement industriel qu'il pilote au sein de son ministère. (Edité par Yves Clarisse)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant