France-Levée de la garde à vue d'un haut responsable gabonais

le
0

PARIS, 4 août (Reuters) - La garde à vue du directeur de cabinet du président gabonais Ali Bongo, entendu à Paris dans le cadre d'une enquête sur des faits présumés de corruption, a été levée lundi soir au titre de l'immunité diplomatique, a-t-on appris mardi de source judiciaire. "Hier en toute fin de journée, le Quai d'Orsay a reçu une lettre de la présidence gabonaise indiquant que Maixent Accrombessi était en mission spéciale en France du 19 juillet au 5 août", indique cette source. "Le Quai d'Orsay a transmis immédiatement cette lettre aux enquêteurs. Le parquet de Paris a demandé l'analyse du Quai d'Orsay sur cette lettre qui a répondu qu'elle valait immunité diplomatique et donc la garde à vue a été levée immédiatement dans la soirée", précise-t-elle. Maixent Accrombessi était interrogé dans une affaire "de corruption d'agent public étranger présumée". L'enquête porte sur la passation d'un marché pour des uniformes militaires entre une société française et l'Etat gabonais. Dans un communiqué publié lundi soir, la présidence gabonaise a "déploré" cette garde à vue et protesté "contre cette manière de faire qui devient récurrente et viole les principes fondamentaux et les pratiques du droit international". Maixent Accrombessi est considéré comme l'un des hommes politiques les plus influents et controversés du Gabon. Excellentes sous la présidence de l'ancien président Omar Bongo, les relations entre la France et le Gabon se sont refroidies depuis l'élection de son fils Ali Bongo en 2009, contestée par l'opposition, et l'enquête en France sur les présumés "biens mal acquis" de la famille Bongo. (Marine Pennetier, avec Emmanuel Jarry, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant