France-Levée de barrages de taxis après les annonces de Valls

le
0
    PARIS, 29 janvier (Reuters) - La circulation automobile a 
été rétablie Porte Maillot, à Paris, vendredi matin, où la 
police évacuait des taxis qui refusaient de lever le blocage, 
après une rencontre jeudi soir entre les représentants de la 
profession et le Premier ministre, Manuel Valls, pour répondre à 
une partie de leurs revendications.     
    La préfecture de police, qui a annoncé le rétablissement de 
la circulation, avait auparavant annoncé que l'accès aux 
secteurs d'Orly et de Bercy, très perturbé ces derniers jours, 
se faisait "sans encombre". 
    Selon le médiateur nommé par le gouvernement, Laurent 
Grandguillaume, une lettre de mise en demeure va être envoyée à 
une vingtaine de plateformes de voitures de tourisme avec 
chauffeur (VTC).  
    Ces dernières sont accusées par les taxis de ne pas 
respecter la loi et de leur faire une concurrence déloyale, 
notamment en pratiquant la "maraude" dans les rues, ce qui est 
interdit aux VTC par la loi Thévenoud de 2014. 
    "Cette lettre va être rendue publique, je pense 
aujourd'hui", a dit le député socialiste sur RTL. "Il y a des 
abus avec l'utilisation de certains statuts pour optimiser 
fiscalement et mettre en difficulté les taxis." 
    "On va (leur) demander de se mettre en règle et si elles ne 
le font pas, il y aura des sanctions", a-t-il ajouté. 
    Les services du Premier ministre avaient déclaré après la 
rencontre jeudi soir à Matignon que "les plateformes qui 
refuseront de se conformer aux règles seront sanctionnées, 
devront cesser leur activité et fermer leur site au terme des 
procédures judiciaires qui seront lancées". 
    "Le gouvernement engagera toutes les voies judiciaires", 
poursuivait le communiqué. 
    Le gouvernement a promis dès mardi aux chauffeurs de taxi un 
renforcement des contrôles et un examen des situations de 
détresse financière de certains chauffeurs. 
    "Une politique de contrôle pluridisciplinaire pilotée par 
les préfets sera mise en oeuvre dès la semaine prochaine dans 
les 12 départements les plus concernés par la concurrence 
déloyale", a précisé Matignon jeudi soir. 
    La concertation promise mardi sur l'équilibre économique et 
la concurrence dans le secteur, qui pourra déboucher sur des 
modifications législatives et réglementaires, devra s'achever 
avant fin février, ajoute le communiqué. 
    Laurent Grandguillaume recevra les organisations 
professionnelles chaque semaine "pour constater ensemble les 
progrès du contrôle et de la diminution de la concurrence 
déloyale et les voies d'amélioration", poursuit Matignon. 
 
 (Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant