France-Levée d'interdiction de voyager pour une salafiste

le
0
    PARIS, 18 octobre (Reuters) - Le tribunal administratif de 
Paris a annulé mardi l'interdiction de sortie de territoire 
(IST) imposée il y a un an à une jeune convertie à l'islam qui 
se revendique salafiste, signe de la difficulté, pour les 
autorités françaises, de distinguer religieux rigoristes et 
djihadistes en puissance. 
    Le ministère de l'Intérieur soupçonnait cette jeune rémoise 
de 19 ans de vouloir rejoindre une zone de combat djihadiste, en 
Irak ou en Syrie. 
    "Je suis salafie, mais je suis pas Daech", avait-elle 
toutefois assuré le 4 octobre à l'audience. 
    Dans sa décision, le tribunal administratif estime que le 
ministère de l'Intérieur a commis une "erreur d'appréciation" la 
concernant.  
    Les faits rapportés au dossier démontrent qu'elle "exerce 
une pratique religieuse rigoureuse et qu'elle entretient des 
liens avec la mouvance salafiste. Toutefois, ils ne suffisent 
pas, par eux-mêmes, à justifier de son adhésion et de sa 
proximité avec le terrorisme islamiste", peut-on lire.  
    Depuis la mise en place de l'état d'urgence, dans la foulée 
des attentats du 13 novembre, 240 interdictions de territoire 
comme celle-ci ont été prononcées. "Moins d'une dizaine" ont été 
rejetées, indique-t-on au ministère de l'Intérieur. 
    Le nombre de salafistes en France est estimé à environ 
15.000 sur 5 millions de musulmans, pour une centaine de 
mosquées.  
 
 (Chine Labbé, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant