France-Les taxis ne désarment pas, nouvelle réunion à Matignon

le
0
 (Actualisé avec réunion à Matignon) 
    MARSEILLE, 28 janvier (Reuters) - Les organisations des 
taxis ont reçues jeudi à Matignon pour tenter de relancer le 
dialogue alors que les chauffeurs protestant contre les voitures 
de tourisme avec chauffeur ont poursuivi la mobilisation, pour 
le troisième jour consécutif. 
    Le médiateur nommé mardi par le Premier ministre, Laurent 
Grandguillaume, a reçu l'intersyndicale en présence des 
représentants des ministères concernés. 
    "L'objectif est de relancer le dialogue entre les taxis et 
le gouvernement, dans la suite de la feuille de route tracée par 
le Premier ministre mardi", a-t-on expliqué à Matignon. 
    Des opérations ont été de nouveau menées en Ile-de-France 
tandis qu'environ 200 chauffeurs ont passé une nouvelle nuit 
Porte Maillot, à Paris, alors que d'autres perturbaient la 
circulation dans le quartier de Bercy. 
    Deux des organisations, FO Taxis et la FNTI, ont quitté la 
réunion en invoquant un dialogue de sourds. Une autre a déploré 
l'absence de Manuel Valls à la réunion. 
    "On attendait des réponses claires aux attentes et surtout 
des mesures immédiates" lors de la réunion à Matignon, a déclaré 
aux journalistes Nordine Dahmane, de FO Taxis. Or, "il n'y a eu 
que du déjà dit et du déjà entendu". 
    Peu après, des taxis basés porte Maillot sont partis à pied 
en milieu d'après-midi avec l'intention de manifester devant 
l'Assemblée nationale. 
    En province, de nouveaux barrages filtrants ont été 
installés à Toulouse près de l'aéroport de Blagnac, ainsi qu'à 
Marseille.  
    Emmanuel Macron a réaffirmé jeudi la détermination du 
gouvernement à faire respecter la loi et à renforcer les 
contrôles contre la "concurrence déloyale" des voitures de 
tourisme avec chauffeur (VTC).     
    Malgré la promesse de Manuel Valls mardi de renforcer les 
contrôles contre les chauffeurs ne respectant pas la loi et de 
nommer un médiateur, les syndicats ne désarment pas.  
    "La volonté unanime du gouvernement est de faire respecter 
la loi", a déclaré le ministre de l'Economie sur France Bleu 
Provence. "On va renforcer les contrôles pour s'assurer que les 
dispositifs prévus par la loi Thévenoud sont bien appliqués 
partout et prendre en compte tous les signalements qui sont 
faits". 
    "Il y a plein de moyens de faire respecter la loi et 
d'éviter la concurrence déloyale (...) et de faire en sorte que 
ces systèmes d'innovation, que sont les plateformes de 
géolocalisation par internet, soient davantage ouvertes", a-t-il 
ajouté.     
    "Personne n'a l'exclusivité de ces plateformes, il faut 
qu'elles puissent l'ouvrir aux chauffeurs de taxis", a souligné 
Emmanuel Macron. "Cela fait partie de ce que je veux mettre sur 
la table dans l'échange que je souhaite avoir, dans une 
quinzaine de jours, avec l'ensemble de la profession et de ses 
représentants."  
    La mission visant à assurer une concurrence saine entre 
taxis et VTC doit aboutir dans les trois mois. 
 
 (Jean-François Rosnoblet, avec Marine Pennetier à Paris, édité 
par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant