France-Les syndicats ne veulent pas renégocier sur le chômage

le
1

PARIS, 8 octobre (Reuters) - Les dirigeants des principaux syndicats français, la CFDT, la CGT et Force ouvrière, s'opposent au souhait exprimé à plusieurs reprises ces dernières semaines par Manuel Valls de modifier les règles d'indemnisation des chômeurs. Le Premier ministre a expliqué que l'objectif d'une telle réforme serait de faire baisser le nombre record de demandeurs d'emploi en France. ID:nL6N0S24CK "Il n'y a pas de ballon d'essai, pas d'intention cachée", assure-t-on cependant dans son entourage. L'évolution de l'assurance chômage est un sujet parmi d'autres mais pas nécessairement d'actualité immédiate, même si les partenaires sociaux peuvent commencer à "réfléchir" à la négociation qu'ils auront en 2016 sur une nouvelle convention, ajoute-t-on de même source. Le système d'assurance chômage français est géré par les organisations patronales et syndicales représentatives. La convention qu'elles ont conclue en mars, en vigueur depuis le 1er juillet, fixe les règles d'indemnisation jusqu'en 2016. Une de ses dispositions, les "droits rechargeables", s'applique seulement depuis le 1er octobre. ID:nL6N0RQ3F2 "Il n'est pas question, dans cette période d'augmentation du chômage, de baisser les droits des chômeurs et encore moins de renégocier la convention d'assurance chômage", a déclaré mercredi le secrétaire général de la CFDT, sur I>Télé. "Nous n'avons été nullement consultés sur ce sujet-là par le gouvernement, donc il est hors de question de rouvrir des négociations", a ajouté Laurent Berger. Le numéro un de la CGT, Thierry Le Paon, a rappelé que les partenaires sociaux sortaient juste d'une négociation. "Ce n'est pas un sujet à l'ordre du jour pour la CGT. Notre préoccupation première, c'est de faire en sorte que tous les chômeurs puissent être indemnisés et de faire en sorte que la croissance et l'emploi redémarrent", a-t-il dit à i

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • tropfort le mercredi 8 oct 2014 à 14:34

    Qu'on ne les écoute plus, jusqu'à ce qu'on ait un taux de chômage de 5%.