France-Les repreneurs de la SNCM ont revu leurs copies

le , mis à jour à 20:12
0

MARSEILLE, 21 mai (Reuters) - Les trois repreneurs en lice pour la SNCM ont présenté de nouvelles offres avec un périmètre social compris entre 780 et 900 collaborateurs, a annoncé jeudi la direction de la compagnie maritime. "Il est primordial de sauver le périmètre économique et social le plus large possible pour Marseille et pour la Corse", déclare-t-elle dans un communiqué. Le tribunal de commerce de Marseille a prolongé le 11 mai pour six mois la période d'observation de la SNCM et accordé un délai supplémentaire aux repreneurs pour revoir leurs offres jugées jusque-là irrecevables. La justice doit les étudier le 27 mai en audience. Les candidats à la reprise sont la compagnie Baja Ferries, dont le siège social est à Miami, aux Etats-Unis, la société d'investissement Med Partners de Christian Garin, ancien président du port de Marseille, et le transporteur corse Patrick Rocca. Mais la direction de la SNCM s'interroge aussi sur l'attitude de la Compagnie méridionale de navigation, à laquelle elle est associée pour assurer la délégation de service public (DSP) signée par l'Office des transports de la Corse (OTC). "Les offres reçues hier ont pris en compte les demandes de Bruxelles et envisagent une sous délégation de la DSP. La Corse devra donc exiger de la Méridionale qu'elle travaille avec le repreneur qui aura été désigné par le tribunal", souligne la SNCM. Dans une note révélée samedi par le quotidien Les Echos, le président de la Méridionale, Marc Reverchon, avait détaillé la possibilité de mettre en oeuvre un contrat avec le repreneur des actifs de la SNCM, sous certaines conditions. "En indiquant (...) qu'il entendait participer au choix du repreneur de la SNCM et attendre la rentrée de septembre pour se décider, le président de la Méridionale (...) fait courir le risque d'un échec du processus de reprise", dit la direction de la SNCM, dont l'actionnaire majoritaire est Transdev, coentreprise entre la Caisse des dépôts et Veolia. Filière du groupe STEF-TFE, leader européen de la logistique du froid, la Méridionale veut des garanties sur la DSP, qui représente 96 millions d'euros par an et doit prendre fin le 1er octobre 2016. Elle avait été attribuée pour la période 2014-2023 à la SNCM, ce qui a été contesté par la compagnie concurrente, Corsica Ferries devant le tribunal administratif de Bastia. Ce dernier l'a annulée le 7 avril dernier. (Jean-François Rosnoblet, édité par Jean-Baptiste Vey)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant