France-Les pressions s'accumulent sur un agenda social dépassé

le
9

* Un dialogue social en retard sur les enjeux économiques * Le gouvernement pris par l'urgence de la situation * Valls et Macron ouvrent des pistes aussitôt refermées par Emmanuel Jarry PARIS, 27 octobre (Reuters) - L'agenda social défini cet été par le gouvernement, le patronat et les syndicats français paraît dépassé, sous l'effet conjugué d'un chômage record, des pressions européennes et de la quête désespérée d'une issue par des dirigeants politiques aux abois. S'y ajoutent les tensions persistantes entre des partenaires sociaux sommés de s'entendre par le gouvernement mais plus que jamais divisés sur les remèdes à apporter à la panne économique et à la crise sociale que traverse la France. Le numéro un de la CFDT, Laurent Berger, pourtant enclin à jouer le jeu, a ainsi agité lundi la menace d'un "affrontement total" si le patronat persiste à réclamer l'abrogation du compte pénibilité mis en place par la réforme des retraites de 2013. "La situation macroéconomique et du marché du travail a mis le dialogue social hors jeu", n'hésite pas à dire l'économiste Nicolas Bouzou, directeur du cabinet de conseil Asteres. Le temps où François Hollande pouvait espérer se reposer sur la négociation sociale pour défricher des réformes comme celles de la formation professionnelle ou de la sécurisation de l'emploi est révolu, estime cet analyste. "Ça pouvait fonctionner en début de mandat mais on n'a plus le temps", ajoute-t-il. "Il doit trouver le moyen d'agir sans passer par les partenaires sociaux." Pour lui, c'est ainsi au gouvernement de "changer les seuils sociaux", qui imposent aux entreprises des obligations en fonction du nombre de leurs salariés. Or le gouvernement souhaite voir cette question abordée dans le cadre des négociations sur la "modernisation du dialogue social", qui reprennent jeudi entre les représentants des huit organisations patronales et syndicales représentatives. DIALOGUE DE SOURDS La CGPME, en pointe sur ce dossier, voit dans ces seuils un frein à l'emploi mais le sujet n'a pas été abordé lors de la première session et semble même secondaire aux yeux du Medef. Pour la première organisation patronale française, la priorité est d'inverser la hiérarchie des normes en matière de régulation sociale au profit des accords d'entreprise et de branche, la loi se bornant à fixer un cadre général. Une perspective rejetée par les syndicats, qui estiment également, à l'instar de la négociatrice de la CFDT, Marylise Léon, que la question des seuils sociaux "n'est pas le sujet". Ils mettent en revanche en avant celles de la représentation des salariés dans les petites entreprises et de la sécurisation du parcours des représentants syndicaux. Les ingrédients d'un dialogue de sourds sont donc réunis. Et "il n'y a pas d'accord pour ouvrir un débat sur autre chose", souligne Henri Sterdyniak, de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Du coup, cette négociation risque d'être aussi prise en otage par les controverses ouvertes ces derniers temps sur le contrat de travail unique et l'assurance-chômage. En attendant la question des régimes de retraite, dont personne n'imagine plus qu'ils pourront revenir à l'équilibre dans un avenir prévisible sans un nouveau tour de vis. Le Premier ministre et son ministre de l'Economie Emmanuel Macron ont allumé la mèche en jugeant nécessaire une réforme des règles d'indemnisation du chômage pour réduire le déficit de l'Unedic et renforcer l'incitation à la reprise d'un emploi. Face à la levée de bouclier des syndicats, Manuel Valls a renvoyé la discussion à 2016. Mais le rebond du chômage, après une accalmie en août, et l'aveu d'impuissance du ministre du Travail après les derniers chiffres ID:nL6N0SJ4NU ne peut que ramener la question dans le débat public. DÉCIDER PAR ORDONNANCES ? "Soyons honnêtes : nous sommes en échec", a reconnu samedi François Rebsamen dans Le Parisien au moment où la France est sommée par la Commission européenne d'engager des réformes structurelles, notamment sur le marché du travail. C'est aussi Manuel Valls qui a ressuscité dans une interview à L'Obs la vieille idée d'un contrat de travail unique en lieu et place des CDI (durée indéterminée) et CDD (durée déterminée). Mais là encore, François Rebsamen a refermé cette piste à peine ouverte : "Les partenaires sociaux n'en ont pas voulu et ce n'est pas à l'ordre du jour", disait-il samedi au Parisien. Dans une récente interview au Journal du Dimanche, Emmanuel Macron s'est donné six mois pour débloquer une situation sociale et économique en grande partie verrouillée de l'intérieur. "On peut débloquer la situation en six mois mais il faut prendre des décisions par ordonnance", estime Nicolas Bouzou. "Est-ce qu'on en prend le chemin ? Non. Ça ne me paraît pas être l'état d'esprit du gouvernement et, surtout, de l'Elysée." "Le compte à rebours à commencé mais il ne se passe pas grand-chose", ajoute-t-il. "On voit bien que Valls et Macron ont essayé de lancer quelque chose en mettant le débat sur la table. Mais, pour l'instant, c'est l'Elysée qui l'a emporté." Pour cet économiste, la Commission européenne pourrait cependant devenir "l'allié objectif" du Premier ministre et de son ministre de l'Economie. (Edité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • knbskin le lundi 27 oct 2014 à 18:13

    Il y a deux ans, ici même, on pouvait écrire ceci : http://www.boursorama.com/monbourso/redaction-participative/plus-de-la-meme-chose--et-si-on-changeait-un-peu-830 Depuis, RIEN n'a changé, et le tas de sable est encore plus gros devant nous (de 300 à 400 milliards et de 500 000 chômeurs de plus !) ... :D et :(

  • knbskin le lundi 27 oct 2014 à 18:07

    Quanr à la "méthode" de Pépère, elle fait de plus en plus penser à celle du chien crevé au fil de l'eau. Son dernier mot pourrait être "démissionne", précédé de "Moi, Président de la République, je ..." ou encore "Pitié", dans un autre cas de figure ! :D

  • knbskin le lundi 27 oct 2014 à 18:05

    Il est certain que l'échec est complet sur toute la ligne ... Le guign0l Pépère explique qu'il veut "ptotéger" une "croissance" de 0 % en étant "flexible" sur des déficits de 4 % du PIB !!! C'est n'importe quoi. Pour les idées construites, aller voir sur le site de "Nous Citoyens" comment économiser 200 Mds d'Euros et créer 2 millions d'emplois. Parce que c'est POSSIBLE, si on VEUT ! :D

  • frk987 le lundi 27 oct 2014 à 17:59

    Et oui Janaliz, on était une poignée de visionnaires, mais pour tout vous dire je préfèrerais faire mon mea culpa que de voir cette Bérézina économique uniquement liée à la politique doctrinaire d'une autre âge qui s'appelle le socialisme.

  • janaliz le lundi 27 oct 2014 à 17:29

    Je n'ai aucun doute sur le fait que bidoch soit complètement dépassé. Il en est ainsi depuis mai 2012. Ce ype est un jo.yeux (?) dri.lle que l'humanité engendre. Pas de chance c'est tombé chez nous. Nous ne remercierons jamais assez les avisés électeurs qui nous en ont affublé...

  • M6059436 le lundi 27 oct 2014 à 17:21

    @M1961 FH ne démissionera jamais, il va juste dissoudre l'assemblée pour se refaire une virginité et essayer de se représenter en 2017...

  • janaliz le lundi 27 oct 2014 à 17:11

    Eh bien, nous y voilà ! Que disaient-on il y a un peu plus de 2 ans sur ce forum où nous étions quelques-uns auxquels on nous affublait tous les noms d'oiseaux. Le propre des visionnaires c'est qu'ils ont raison trop tôt ! Ce n'est pas la qualité qui prédomine dans la joyeuse basse-cour aux manettes. Je n'ai pas de mots assez forts pour vous vo.mir ma hai.ne d'avoir cassé notre économie.

  • M1961G le lundi 27 oct 2014 à 17:07

    la fin du règne de hollande est proche . une démission aura lieux en 2015 après les élections . la France ne peut s'en sortir que si hollande quitte le pouvoir . hollande est lié à la dégradation du pays en ayant chasser les investisseurs , les riches . les investisseurs reviendront quand hollande aura quitté le pouvoir .

  • M5441845 le lundi 27 oct 2014 à 17:02

    Il n'y a pas que l'agenda social qui soit dépassé, j'ai peur que notre président aussi soit complètement dépassé....