France-Les petits patrons se méfient de la loi Rebsamen

le , mis à jour à 08:50
0

PARIS, 18 mai (Reuters) - Près de huit patrons français d'entreprises de moins de 20 salariés sur dix redoutent que le projet de loi de modernisation du dialogue social en cours d'examen se traduisent pour eux par de nouvelles contraintes, selon un sondage Ifop-Fiducial. Sur 1.003 dirigeants d'entreprises de moins de 20 salariés interrogés du 13 au 27 avril, 62% se disent favorables à la création de commissions paritaires régionales pour assurer une forme de représentation au personnel des entreprises de moins de 11 salariés. Mais ils sont encore plus nombreux (78%) à dire qu'ils n'en éprouvent pas le besoin et que le projet de loi ( ID:nL5N0XH1H0 et ID:nL5N0XH2IV ) n'est, selon eux, qu'une première étape vers de nouvelles contraintes sociales. Selon 65% d'entre eux, la création de ces commissions n'améliorera pas le dialogue avec leurs salariés. Pour 59%, le projet de loi permettra en revanche de renforcer la présence syndicale dans les très petites entreprises (TPE). Ils n'en sont pas moins 56% à estimer que ces commissions seront un moyen d'obtenir de l'information et des conseils et 39% qu'elles permettront d'essayer de résoudre des litiges avec leurs salariés. Le même sondage révèle une défiance des patrons de TPE envers le Medef, principale organisation patronale de France. Ils ne sont ainsi que 43% à avoir une bonne image du Medef et 31% à juger celui-ci efficace dans la défense de leurs intérêts. En comparaison, 49% des chefs d'entreprise interrogés estiment que la CGPME défend bien leurs intérêts. (Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant