France-Les opérateurs télécoms furieux des annonces de Pellerin

le
3

* Pellerin écarte le rétablissement de la publicité * Elle écarte aussi l'idée de taxer ordinateurs et tablettes * Taxés, les opérateurs télécoms se jugent méprisés (Avec réactions, contexte) PARIS, 13 septembre (Reuters) - Le gouvernement augmentera en 2016 d'un euro la redevance audiovisuelle et de 30% la taxe payée par les fournisseurs d'accès à internet, pour financer la télévision et la radio publiques, a annoncé ce week-end la ministre de la Culture, ce qui a déclenché l'ire des opérateurs. Fleur Pellerin a en revanche exclu, dans une interview publiée par le Journal du Dimanche, le rétablissement de la publicité sur les chaînes publiques après 20h00, qui avait été supprimée sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy. "Nous avons des objectifs ambitieux pour France Télévisions, Radio France et les autres entreprises de l'audiovisuel public", explique-t-elle au JDD. "Nous sommes aussi soucieux de bien gérer ces entreprises que financent les Français." "Une solution aurait été d'augmenter la redevance de quatre euros : nous nous y refusons. Une telle décision aurait été incohérente, la politique du gouvernement visant, au contraire, à baisser les prélèvements", ajoute-t-elle. Fleur Pellerin propose que la hausse de la redevance reste limitée à l'inflation, donc "contenue à un euro" en 2016. "En complément, nous augmenterons à la marge la taxe que paient les opérateurs d'accès à Internet, qui passera de 0,9% de leur chiffre d'affaires à 1,2%. Cette fraction des recettes sera affectée de façon pérenne à l'audiovisuel public." Le gouvernement en attend une recette supplémentaire de 70 à 80 millions d'euros. Fleur Pellerin estime que les opérateurs ne prendront pas le risque de répercuter cette hausse sur leurs tarifs, en raison de la concurrence qui règne dans ce secteur. "VACHES À LAIT" Ces derniers n'en ont pas moins manifesté sans attendre leur "surprise" et leur mécontentement et demandent à être reçus rapidement par le gouvernement. "Nous avons été extrêmement surpris par cette déclaration. Ce n'était pas ce à quoi nous nous attendions. Il n'y a pas eu de concertation préalable", a déclaré à Reuters une porte-parole d'Orange ORAN.PA , Béatrice Mandine. "Nous sommes déçus de voir que l'on considère les opérateurs télécoms comme des vaches à lait dès qu'il faut combler un trou budgétaire", a-t-elle ajouté. "C'est ce qui a amené (le PDG d'Orange) Stéphane Richard à considérer qu'il y avait une forme de mépris pour l'industrie des télécommunications." De son côté, le président de la Fédération française des télécoms, Didier Casas, a déclaré aux Echos qu'il y avait un "problème de confiance et de cohérence dans la parole publique". Le chef de l'Etat, François Hollande, avait déclaré lors de sa conférence de presse du 7 septembre qu'il ne voulait pas de hausse ou d'élargissement de la redevance. Le ministre des Finances, Michel Sapin, avait pour sa part dit le 8 septembre vouloir examiner "attentivement" la piste d'un rétablissement de la publicité après 20h00. Une piste finalement écartée pour ne pas déstabiliser les autres médias, fait valoir Fleur Pellerin dans le JDD. PAS DE TAXE SUR LES ORDINATEURS "C'est vrai, nous avons un sujet de financement car Nicolas Sarkozy a fragilisé les ressources de l'audiovisuel public en les rendant très dépendantes du pouvoir politique", dit-elle. Elle rappelle que le président de Radio France, Mathieu Gallet, a proposé un projet stratégique avec des efforts sur l'organisation du travail et une meilleure planification des congés, ainsi que des départs non remplacés. "Ce qui m'importe, c'est que l'emploi ne soit pas la seule variable d'ajustement et j'ai été entendue", assure-t-elle. Quant à la nouvelle présidente de France Télévisions elle travaille sur son propre plan stratégique et en discutera à l'automne avec le gouvernement, dit Fleur Pellerin, qui qualifie par ailleurs le lancement d'une chaîne d'informations sur Internet annoncé par Delphine Ernotte de "très beau projet". La patronne de France Télévisions n'en a pas moins émis une réaction mitigée aux annonces de sa ministre de tutelle : "Fromage ou dessert ? Non, c'est régime ... Je n'arrêterai jamais de me battre", a-t-elle écrit sur son compte Twitter. Fleur Pellerin a enfin confirmé que taxer ordinateurs, tablettes et smartphones n'était pas à l'ordre du jour. "Notre réflexion tient compte des usages, qui ne se résument plus à un écran télé dans un salon", explique-t-elle. "Il faudra s'interroger dans le futur sur une réforme plus globale, adaptée à ces nouveaux usages. Mais le gouvernement tient sa ligne: il n'y a pas de nouvel impôt pour les ménages." (Emmanuel Jarry)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gstorti le mercredi 16 sept 2015 à 09:49

    c'est qu'une question de rhétorique, on augmente pas au dela de l'inflation la taxe, mais on augmente d'un tiers la taxe sur les boxes payé par tout les ménages..., ou une nouvelle fois supporté par l'actionnaire. on nous as bassinné avec le déficit de 50M, donc on augmente de 300M pour équilibrer. bizarre qu'une regle Sarkozienne sur la publicité aie été maintenu, sachant l'anti- sarko primaire de ce gouvernement.

  • janaliz le lundi 14 sept 2015 à 06:22

    Passer de 0.90 à 1.20%, chez moi cela 33.33% de hausse et non 30%. C'est ce que nos chers sos appellent une augmentation à la marge... Il est vrai qu'ils ont besoin de grandes marges... vu qu'ils raturent beaucoup...

  • cavalair le dimanche 13 sept 2015 à 22:25

    En voila une ideee qu'elle est bonne...augmenter les impots.....le gouvernement commencait a perdre la main.. Vive les socialistes.....

Partenaires Taux