France-Les médecins manifesteront contre la loi santé en mars

le
0

PARIS, 20 janvier (Reuters) - La Confédération des syndicats médicaux français et le Syndicat des médecins libéraux annoncent mardi la poursuite de leur mouvement de protestation contre la "loi Santé", avec pour point culminant une manifestation nationale à Paris au mois de mars. Les médecins généralistes sont vent debout contre cette loi présentée en octobre, qui prévoit notamment la généralisation du tiers payant, point sur lequel le gouvernement n'entend pas revenir. (voir ID:nL6N0UL1BI ) La CSMF et le SML affirment que la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a choisi une procédure d'urgence pour l'examen de son texte au Parlement et dénoncent un "passage en force" qui les amène, disent-ils, à prévoir d'autres actions après celles menées en fin d'année, notamment la grève pendant les Fêtes. "Celles-ci ont pour but d'accentuer la pression sur le gouvernement et les Caisses d'assurance maladie mais aussi de démontrer que la mobilisation des médecins libéraux est plus forte que jamais", disent la CSMF et le SML dans un communiqué. Des actions de protestation seront organisées dans les régions à partir de lundi et jusqu'au samedi 31 janvier, une grève de la permanence des soins suivra le week-end des 31 janvier et 1er février, précisent les deux organisations. Une manifestation nationale sera en outre organisée en mars à Paris, à une date non encore communiquée, avant le début de l'examen du projet de loi au Parlement. Ce mouvement apparaît comme un fin de non recevoir opposée à la ministre qui a annoncé mardi la constitution de quatre groupes de travail afin de "faire évoluer le texte avant son passage" devant les députés et les sénateurs. Ces quatre groupes travailleront respectivement sur le tiers payant, l'organisation des soins de proximité, l'évolution de certaines compétences médicales, et enfin les liens entre médecins spécialistes, cliniques privées lucratives et service public hospitalier. "Un premier retour est attendu mi-février. L'objectif est de parvenir, d'ici au débat parlementaire prévu début avril, à un texte de loi qui réponde aux inquiétudes exprimées au cours des dernières semaines", dit la ministre dans un communiqué. (Gregory Blachier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant