France-Les Femen relaxées pour leur action à Notre-Dame

le
3

(Actualisé avec appel du parquet, recteur de Notre-Dame) PARIS, 10 septembre (Reuters) - Neuf membres du mouvement Femen poursuivies pour la dégradation d'une cloche de Notre-Dame de Paris lors de leur action dans la cathédrale en 2013 ont été relaxées mercredi par le tribunal correctionnel de Paris, a-t-on appris auprès de leur avocat. Trois membres du service d'ordre de Notre-Dame, que les militantes accusaient de violences, ont en revanche été condamnés à des amendes de 300, 500 et 1.000 euros avec sursis, a précisé Me Michaël Ghnassia. "On est extrêmement satisfaits de cette décision", a dit l'avocat à Reuters. "Les arguments de droit ont prévalu dans une affaire où l'émotion était de mise." Le parquet de Paris a annoncé qu'il ferait appel de la relaxe des neuf jeunes femmes. Dans un communiqué, le recteur de Notre-Dame estime que "la liberté d'exercice du culte est une liberté constitutionnelle, qui doit être respectée et garantie en toute circonstance." "Notre-Dame de Paris est un édifice affecté au culte, dédié à la prière. Il est ouvert à tous mais doit aussi être respecté par tous", ajoute-t-il. Le 12 février 2013, à l'occasion du renoncement du pape Benoît XVI, les militantes avaient fait irruption à l'intérieur de la cathédrale parisienne aux cris de "Pope no more" et "Homophobe, dégage" pour réclamer la fin de la papauté, en plein débat sur le mariage homosexuel en France. Elles avaient notamment fait tinter avec des morceaux de bois trois des nouvelles cloches déposées provisoirement sur un socle dans la nef de la cathédrale. Devant des touristes stupéfaits et scandalisés par l'apparition de femmes seins nus dans un lieu sacré, les manifestantes avaient été bousculées par le service d'ordre. Le tribunal correctionnel a estimé mercredi qu'il était impossible de savoir si la dégradation constatée sur l'une des cloches était de leur fait, et il a jugé que l'élément intentionnel du délit n'était pas constitué, les militantes ayant entouré leurs bâtons de feutrine pour ne pas créer de dommage, a indiqué Me Michaël Ghnassia. Dans un message posté le 8 septembre sur leur page Facebook, les Femen disaient espérer leur relaxe, sans laquelle elles seraient "contraintes d'envahir tous les lieux catholiques avec (leurs) seins sacrés". Né en Ukraine en 2008 et basé depuis 2012 à Paris, le mouvement, qui se caractérise par des apparitions seins nus, mène régulièrement des actions à l'international pour dénoncer entre autres le sexisme. Ses membres ont multiplié les apparitions l'année dernière en France pour défendre le droit au "mariage pour tous" lors de manifestations d'opposants au texte. (Chine Labbé, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • celiron le mercredi 10 sept 2014 à 20:36

    Les coupables sont relaxés et les victimes punis ! Toujours la justice à l'envers de Taubira. Lesz socialistes, dehors, et vite !

  • LeRaleur le mercredi 10 sept 2014 à 19:15

    Contre une mosquée aurait été plus courageux.

  • cavalair le mercredi 10 sept 2014 à 18:40

    Juges Franc-Macs