France-Les évêques jugent dérisoire la polémique sur les crèches

le
2

PARIS, 25 décembre (Reuters) - L'épiscopat français a jugé jeudi "dérisoires" et "stériles" les actions en justice engagées par des associations contre l'installation de crèches de Noël dans des bâtiments publics. Depuis début décembre, les crèches sont un objet de discorde entre partisans d'une "laïcité stricte" et tenants d'une "laïcité souple" prenant en compte la dimension culturelle de certaines pratiques religieuses. Saisie par la Fédération nationale de la libre pensée, qui demande le retrait des crèches, la justice a rendu des jugements contradictoires. Elle a ainsi autorisé les mairies de Melun et Béziers à conserver leur crèche, alors que le tribunal administratif de Nantes a pris une décision contraire. "Voiloir en faire un étendard politique, ce n'est pas très glorieux, je pense que c'est dénaturer quelque chose qui est de toute autre nature", a réagi Mgr Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, sur France inter. "C'est un symbole religieux, mais c'est aussi un symbole de la famille", a dit de son côté Bernard Podvin, porte-parole de la conférence des évêques de France, sur Sud Radio. "L'Église Catholique est une Église qui est respectueuse de la laïcité ; donc il y a là une polémique complètement stérile", a-t-il ajouté. Mercredi, le cardinal archevêque de Paris, Mgr André Vingt-Troisn avait invité sur RTL les groupes qui veulent lancer le combat sur ce terrain à "mobiliser leurs forces pour d'autres combats". Il ne s'agit que d'un "soubresaut identitaire d'un groupuscule qui n'arrive plus à trouver d'adversaire", a-t-il ajouté, visant la Fédération nationale de la libre pensée. (Gérard Bon)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le jeudi 25 déc 2014 à 17:28

    Et vivent dans des villes sont certains noms commencent par "Saint", cela ressemble à des histoires de professeurs de lycée désœuvrés qui se font mousser pour exister. Ils sont assez pathétiques alors qu'en Irak on égorge au nom de la religion. Ils feraient mieux d'aller là-bas défendre la laïcité plutôt que de poser un acte politique à haut risque : assigner une mairie au tribunal de grande instance pour faire supprimer une crèche.

  • pichou59 le jeudi 25 déc 2014 à 13:29

    les adhérents de la Fédération nationale de la libre pensée savent bien profiter des jours fériés des fêtes religieuses?