France: les économistes décrivent une croissance terne.

le
0

(CercleFinance.com) - Economistes et analystes se montrent peu exaltés ce vendredi par les dernières performances économiques de la France, dont le PIB n'a augmenté que de 0,2% au cours du troisième trimestre.

Dans une note de réaction, les équipes de Barclays évoquent des chiffres un peu 'ennuyeux' (uninspiring) laissant entrevoir un acquis de croissance pour 2016 de 1,1%, peu changé par rapport à la croissance de 1,2% enregistrée en 2015.

Pour Oddo Securities, ce faible rebond de l'activité - qui intervient pour mémoire après une contraction du PIB de 0,1% au deuxième trimestre - confirme en fait deux choses.

'La première, positive, est que le coup d'arrêt enregistré au printemps n'était que la conséquence de facteurs ponctuels, notamment les nombreux mouvements sociaux ayant perturbé certains secteurs économiques', souligne-t-il.

'La seconde, négative, est que la tendance de croissance reste trop faible pour entraîner spontanément la baisse du chômage et celle des déficits publics', ajoute Oddo.

Pour le courtier parisien, aux propositions très libérales, la seule solution à avoir fait ses preuves consiste à rendre 'le travail moins coûteux et moins réglementé'.

Du côté de Capital Economics, on confirme également le diagnostic de 'faible croissance' tout en s'inquiétant du ralentissement des dépenses de consommation des ménages.

'Nous nous attendons à ce que la faiblesse de la consommation continuent de s'affaiblir avec la remontée de l'inflation dans les prochains mois', indique le cabinet de recherche économique.

'D'ici là, les investissements pourraient être mis en mode 'pause' du fait de l'incertitude politique liée à l'élection présidentielle de l'an prochain', ajoute-t-il.

Un avis partagé par Barclays.

'Concernant 2017, nous restons d'avis que les risques politiques intérieurs et extérieurs vont sans doute miner la confiance, et donc la croissance, tout particulièrement via l'investissement et les constitutions de stocks', souligne Barclays, qui vise un petit 0,9% de croissance l'an prochain.

A titre de comparaison, la prévision du gouvernement s'est, elle, établie à 1,5%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant