France-Les économies sur la famille suscitent un tollé

le
10

* Royal salue le débat suscité par les annonces de Touraine * Des syndicats critiquent un coup porté à la famille * Hollande répond qu'il n'y a pas d'économies indolores (Avec réactions complémentaires) par Emmanuel Jarry PARIS, 30 septembre (Reuters) - Les mesures d'économies annoncées par le gouvernement sur la politique familiale ont déclenché sans surprise un tollé dans l'opposition de droite mais semblent également loin de faire l'unanimité à gauche et chez les syndicats. La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, qui ne manque jamais l'occasion d'affirmer son attachement à la politique de la famille, s'est même réjouie mardi du débat ainsi suscité et a laissé entendre que le Parlement aurait son mot à dire. "Je me réjouis de la sensibilité à la remise en cause d'un certain nombre de mesures de la politique familiale", a-t-elle déclaré sur France Inter. "Ça prouve que les Français, l'opinion publique, (sont) très attachés à la politique familiale." La ministre de la Santé et le secrétaire d'Etat au Budget, confrontés au risque d'une nouvelle dérive des comptes sociaux ID:nL6N0RU31B , ont annoncé lundi 700 millions d'euros d'économies sur les prestations familiales en 2015. La prime à la naissance sera ainsi divisée par trois à partir du deuxième enfant pour un gain attendu de 250 millions d'euros, a dit Marisol Touraine en présentant le projet de loi de financement de la Sécurité sociale. ID:nL6N0RU4NC La durée du congé parental sera par ailleurs maintenue à trois ans au total au-delà d'un enfant mais partagée entre le père et la mère et tout parent qui ne demandera pas à en bénéficier en perdra le bénéfice. "MATRAQUAGE" Le gouvernement prévoit aussi de décaler de 14 à 16 ans l'âge des enfants ouvrant droit à une majoration des allocations familiales et de diviser par deux l'aide à la garde des enfants de moins de six ans pour les familles les plus aisées. L'annonce de ces mesures intervient six jours avant de nouveaux défilés dimanche à Paris et Bordeaux, à l'appel des militants de "La manif pour tous" contre le mariage homosexuel, la gestation pour autrui et la procréation médicalement assistée, déjà prompts à accuser le gouvernement de "familliophobie". Le président du groupe UMP à l'Assemblée, Christian Jacob, a dénoncé "un matraquage sans précédent de la famille". Son collègue Hervé Mariton, figure de "La manif pour tous", a accusé Marisol Touraine d'hypocrisie quand elle justifie la réforme du congé parental par "la rengaine de l'égalité homme-femme". "Mettre les familles en difficulté, vous croyez que ça va améliorer la situation ? C'est une blague", a renchéri Henri Guaino, ex-conseiller de l'ancien président Nicolas Sarkozy. Michèle Tabarot, également députée UMP et Présidente du groupe d'études parlementaires sur la Famille et l'Adoption, a demandé la convocation d'états généraux de la famille "pour mettre un terme à l'improvisation totale du gouvernement". Famille de France estime que le report à 16 ans de la majoration des allocations familiales fera perdre 1.500 euros par enfant au moment de l'adolescence et demande, à propos de la réduction de la prime de naissance : "Le gouvernement souhaite-t-il inciter les familles à n'avoir qu'un seul enfant ?" Les mesures annoncées sont notamment au détriment des jeunes couples et des mères de familles, ajoute dans un communiqué cette association, qui demande une large concertation. L'Union des familles en Europe déplore que la France ne soit plus qu'au 8e rang "en termes de générosité avec les familles" sur le continent, après le Danemark, Le Luxembourg, l'Allemagne, la Suède, la Finlande, l'Islande et la Norvège. "SI VOUS N'ENTENDEZ PAS CRIER ..." Mais cette association renvoie dos à dos gauche et droite, qu'elle accuse de faire de la politique familiale la "vache à lait de la Sécu". Les critiques sont aussi venues d'organisations syndicales comme la CFTC, la CFDT et l'Unsa, pourtant plutôt bien disposées envers le gouvernement. Interrogé par Linternaute.com, 20 Minutes et Ouest-France, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a ainsi jugé le projet gouvernemental "très confus", manquant de "sens" et obéissant à une "logique du rabot". La CFTC déplore pour sa part, dans un communiqué, "le coup une nouvelle fois porté aux familles". Quant à l'Unsa, elle demande que "les plus fragiles soient épargnés et ne voient pas leurs allocations amputées". Les sénateurs communistes ne sont pas en reste : ils dénoncent eux aussi une "véritable attaque contre les familles et une "politique inégalitaire et profondément injuste" qui va "complètement à l'encontre des besoins" du pays. Il n'y a pas de plan d'économies indolore, a répliqué François Hollande. "Si vous n'entendez pas crier c'est que nous ne faisons pas d'économies. Donc oui, vous entendez", a dit le chef de l'Etat à des chefs d'entreprise. ( ID:nL6N0RV1TT ) (Edité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le mercredi 1 oct 2014 à 11:14

    .../...Qu'il commence par dégraisser le mammouth de la fonction publique et des scandaleux salaires et annexes, de toute la clique des Rentiers/ Politicards/ Mafieux/ Sénat/ Syndicats et cohortes de morbacs qui sucent le sang de la Nation jusqu'à ce que mort s'ensuive !...

  • 11246605 le mardi 30 sept 2014 à 22:58

    Beaucoup d'enfants => validation de nombreux trimestres pour la retraite, => gratuité de la SS, => aides variées et diverses, et ce pendant de longues années. On peut donc comprendre l'augmentation de la délinquance des ados et du chômage des jeunes, car la plupart des enfants ne sont faits que pour toucher plus d'avantages financiers. Malheureusement, ces futurs adultes vont devoir payer très cher cette gabegie.

  • janaliz le mardi 30 sept 2014 à 22:15

    Aujourd'hui ce sont les familles (primes à la naissance, congés parental) et les retraites. Demain ce seront d'autres postes. Mais surtout, surtout, ne pas toucher aux avantages des électeurs du cyclotouriste et de la cour des parasites qui se cramponnent à leurs prébendes avec une vigueur qu'on aimerait au service des citoyens !

  • M4189758 le mardi 30 sept 2014 à 18:54

    JPi - Le tollé vient de ceux qui refuse de réduire les dépénses de l'état. Ils défendent aussi une politique ou ce sont les enfants de la famille qui payeront leurs dettes... Pas beau ça!

  • M940878 le mardi 30 sept 2014 à 17:42

    c'est en effet intolérable que certains parents comptent sur le contribuable pour payer les frais d'éducation de leurs enfants , c'est leur choix à eux d'assumer

  • M940878 le mardi 30 sept 2014 à 17:39

    il faut arrêter cette politique de la natalité , la terre est surpeuplée et les allocs et aides diverses sont des pompes à immigration vers la France , taxons les familles de plus de deux enfants , cela freinera un certain communautarisme très prolifique

  • M613171 le mardi 30 sept 2014 à 17:16

    Tu veux un enfant et ba tu assumes. Trouvez moi la raison pourquoi l'état t'aide quand tu fais un enfant ? c'est n'importe quoi il faut supprimer tout cela.

  • M7097610 le mardi 30 sept 2014 à 16:57

    les primes braguette ça suffit ! Il est temps de stopper les subventions aux élevages de gamins futurs délinquants au mieux et toujours chômeurs.

  • xaavidf le mardi 30 sept 2014 à 16:43

    Limiter les allocs à 4 enfants ça seraient bien aussi. A partir du 5 ieme on ne touche plus d'alloc supplémentaire. Et ça concernerait combien en %? 5% des foyers? 1%?

  • M5441845 le mardi 30 sept 2014 à 16:29

    Rendez vous au bal des faux-cul. Tout le monde veut faire des économies mais ... ailleurs. Notre politique familiale encourage a faire des gosses pour toucher des alloc. La France a t'elle besoin d'avoir des familles de 11 enfants qui grandiront dans 3 pièces ou dans la rue, que personne n'éduque et qui deviendront chômeurs ou djihadistes? Stop aux alloc, stop a l'assistanat.