France-Les députés demandent la levée de l'embargo russe

le
2
    PARIS, 28 avril (Reuters) - Les députés français ont adopté 
jeudi, contre l'avis du gouvernement, une résolution demandant 
la levée des sanctions imposées par l'Union européenne (UE) à la 
Russie après l'annexion de la Crimée et les violences en 
Ukraine. 
    Les groupes LR, UDI (centriste) et Front de gauche ont voté 
pour cette proposition de résolution adoptée par 55 voix contre 
44. Les groupes PS et écologiste ont voté contre. Le groupe des 
radicaux de gauche s'est divisé entre abstentions et votes pour. 
    Elle avait été déposée par le député Thierry Mariani (Les 
Républicains) représentant de la 11e circonscription des 
Français de l'étranger, dont la Russie fait partie. 
    Thierry Mariani juge que les sanctions infligées par l'UE 
sont "aujourd'hui totalement inefficaces pour résoudre la crise 
internationale et dangereuses pour les intérêts de la France", 
qui subit en représailles un embargo sur certains produits 
alimentaires qui est en partie responsable de la crise agricole. 
    Le texte invite le gouvernement français à s'opposer au 
renouvellement des sanctions européennes en juillet 2016 et à 
entamer une négociation visant à "lever le plus rapidement 
possible la politique de sanctions à l'égard de la Russie" tant 
dans le domaine économique que sanitaire. 
    "J'espère que ce vote permettra au gouvernement d'accélérer 
le processus pour la levée de cet embargo", a déclaré l'ancien 
Premier ministre François Fillon qui, comme l'ancien président 
Nicolas Sarkozy, juge l'instrument contre-productif. 
     
    CESSEZ-LE FEU PAS ENTIÈREMENT RESPECTE 
    Le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Harlem Désir, 
avait appelé l'Assemblée à refuser de voter ce texte "qui 
risquerait de réduire les chances de règlement de ce dossier". 
    "Le sens de ces régimes de sanctions est de disposer d'un 
levier pour revenir à la négociation", avait-il dit. "Nous 
souhaitons la levée des sanctions en lien avec le règlement de 
la crise dans le Donbass. Si les accords de Minsk sont 
respectées, les sanctions seront levées", avait-il déclaré.    
    Fin décembre, les dirigeants russe, ukrainien, français et 
allemand sont convenus de prolonger en 2016 les accords de Minsk 
2 visant à mettre fin au conflit en Ukraine, où l'armée 
gouvernementale fait face aux séparatistes prorusses. 
    Ces accords prévoient la nécessité d'observer un 
cessez-le-feu total dans l'Est ukrainien et d'intensifier les 
discussions au sein du Groupe de contact sur l'Ukraine en vue de 
permettre la tenue d'élections dans les zones tenues par les 
rebelles, a précisé le Kremlin dans un communiqué. 
    Les accords de Minsk ont permis l'entrée en vigueur d'un 
cessez-le-feu entre forces ukrainiennes et rebelles mais 
celui-ci n'est pas parfaitement respecté. 
    Le volet politique des accords -- dont l'octroi d'une 
autonomie accrue au Donbass et la tenue d'élections -- a pris du 
retard, ce qui a convaincu l'Union européenne de reconduire pour 
six mois, à compter de début janvier, ses sanctions contre la 
Russie. 
     
 
 (Emile Picy, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le jeudi 28 avr 2016 à 13:47

    Harlem Désir est toujours aussi nul. La Russie n'a pas annexé la Russie : La Crimée est Russe, le peuple a voté. Kroutchev l'avait donnée à l'Ukraine par erreur! Les séparatistes ukrainiens sont des nase zi. Ce sont les USA qui ont fomenté les troubles et placé Porochenko à la tête de l'Ukraine par un coup d''Etat. L'Europe est prises dans les griffes de l'OTAN et prend ses ordres à Washington, en contradiction avec les intérêts de la France et de l'Europe. Sébastopol aux mains de l'OTAN!!!???

  • M7097610 le jeudi 28 avr 2016 à 13:03

    bravo M. Mariani !