France-Les comptes de campagne du maire FN de Hayange rejetés

le
1

PARIS, 24 octobre (Reuters) - Les comptes de campagne de Fabien Engelmann, maire Front national de Hayange (Moselle), ont été rejetés par la commission habilitée, a annoncé vendredi l'élu, ancien militant de la CGT. Cette décision est un coup dur pour Fabien Engelmann, qui risque de un à trois d'inéligibilité, mais aussi pour le parti de Marine Le Pen. Hayange, capitale des hauts-fourneaux, est l'une des onze villes conquises par le FN lors des dernières municipales. Le rejet des comptes de l'élu d'extrême droite par la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) entraîne son passage devant le tribunal administratif, qui peut prononcer son inéligibilité ou non s'il considère qu'il est de bonne foi. L'élu peut contester la décision prise par la commission en intentant un recours gracieux devant elle, ou un contentieux devant le Conseil d'État. Fabien Engelmann, dont la gestion fait l'objet d'une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Thionville, assure que l'invalidation de ses comptes n'est liée à aucune malversation et qu'il s'agit d'un problème de procédure. "Le motif n'est pas lié à une malversation", écrit-il dans un communiqué, précisant que ce rejet se fonde sur une "avance à titre de caution" de 1.575 euros. "Je réaffirme donc, sur mon honneur, n'avoir aucunement fraudé, triché, ou falsifié mes comptes de campagne pour un retirer un quelconque avantage", dit-il. Fabien Engelmann indique que le montant maximum du remboursement auquel il peut prétendre est de 15.259 euros et qu'il a déclaré à la commission une somme inférieure, de 12.138,42 euros. L'enquête préliminaire visant Fabien Engelmann fait suite à une plainte pour abus de confiance, abus de bien social et harcèlement déposée par l'ex-première adjointe, Marie Da Silva, elle-même adhérente du FN. Fabien Engelmann, qui est conseiller au dialogue social de Marine Le Pen, a toujours réfuté ces accusations. Un autre maire FN, Joris Hébrard, élu du Pontet (Vaucluse), a vu récemment son élection annulée par le tribunal administratif de Nîmes. Il a annoncé sa décision de déposer un recours devant le Conseil d'Etat. Si la décision est confirmée, les habitants de cette cité pavillonnaire de 17.000 habitants devront revoter. (Chine Labbé, avec Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le vendredi 24 oct 2014 à 15:43

    le ps est clean pour les comptes de campagne!!! curieux