France-Les avocats maintiennent la mobilisation

le , mis à jour à 19:30
0

(Actualisé avec avocats) PARIS, 21 octobre (Reuters) - Christiane Taubira a renoncé mercredi à financer l'augmentation de l'aide juridictionnelle en prélevant des fonds placés dans une caisse gérée par les avocats, qui ont cependant maintenu leur grève jusqu'à vendredi. La ministre de la Justice a précisé à l'issue d'une réunion avec les représentants des avocats qu'un amendement en ce sens serait déposé au Sénat sur le financement de cette aide qui permet aux plus démunis d'accéder aux services d'un avocat. Christiane Taubira a parlé lors d'un point de presse d'un "accord", affirmant que les "malentendus" avaient été "levés". Mais le président du Conseil national des barreaux (CNB)Pascal Eydoux a dit attendre que les propositions de la ministre soient concrétisées, avant l'assemblée générale prévue vendredi, qui décidera de l'arrêt ou de la poursuite de la grève. Dans un communiqué, le président du CNB, la Conférence des bâtonniers et le bâtonnier de Paris ont appelé "au maintien de la mobilisation unitaire dans tous les barreaux" jusqu'à vendredi. "Ce n'est qu'après avoir obtenu confirmation de cet engagement par une proposition écrite et concrète que la profession acceptera la reprise des discussions", écrivent-ils dans un communiqué. Les prélèvements de cinq millions d'euros en 2016 et de 10 millions en 2017 prévus sur les caisses gérées par les avocats seront annulés, a assuré la ministre de la Justice. ENQUÊTE SUR LES VIOLENCES A LILLE Mais le budget de l'aide juridictionnelle sera ramené de 405 à 400 millions d'euros en 2016. Christiane Taubira a indiqué qu'en contrepartie, les avocats s'étaient engagées à participer à la modernisation de la justice civile. Mercredi, 50 barreaux sur 164 étaient en grève générale, contre une vingtaine la veille, et les avocats vent debout menaçaient avant les discussions avec Christiane Taubira d'étendre le mouvement dès vendredi à l'ensemble du territoire. Le mouvement a été marqué mardi par des incidents à Lille, où des avocats bloquant le palais de justice ont été molestés par les forces de l'ordre, selon le CNB. De nombreux représentants de la profession ont exprimé leur indignation. Selon Pascal Eydoux, Christiane Taubira a "exprimé sa préoccupation" et a ordonné une enquête sur les événements qui ont abouti à une telle situation. Dénonçant le "passage en force" du gouvernement, les avocats protestent contre le vote en catimini, selon eux, d'une disposition de la loi de finances qui les oblige à payer de leur poche l'augmentation de l'enveloppe consacrée à l'aide juridictionnelle. Christiane Taubira avait auparavant défendu la réforme de l'aide juridictionnelle, dont le volet de financement est contesté par les avocats, invoquant un système "à bout de souffle" qui risque de s'effondrer. "Ce que je propose c'est une réforme", a-t-elle dit sur France 2. "Pourquoi? Parce que depuis une quinzaine d'années, les rapports disent que le système est à bout de souffle, qu'il va s'effondrer". (Marine Pennetier et Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant