France-Les avocats de Paris lancent une grève générale

le
0

(Actualisé avec menace de grève du CNB) PARIS, 19 octobre (Reuters) - Le barreau de Paris a appelé lundi à une grève générale empêchant toute audience dans la capitale pour dénoncer le "passage en force" du gouvernement sur le financement de l'aide juridictionnelle. Le mouvement, qui fait écho à la grogne des policiers, pourrait être reconduit mardi et s'étendre à toute la France, le Conseil national des barreaux (CNB) menaçant de faire voter vendredi le principe d'une grève générale. Les avocats dénoncent le vote en catimini, selon eux, jeudi soir, de la disposition de la loi de finances qui oblige les avocats à payer de leur poche l'augmentation de l'enveloppe consacrée à l'aide juridictionnelle. Ce prélèvement est de 15 millions d'euros pour 2016 et 2017. "La place Vendôme est donc passée en force contrairement à tous les discours et engagements de Madame Christiane Taubira", la ministre de la Justice, déplore le bâtonnier de Paris, Pierre-Olivier Sur, dans un appel aux avocats de Paris. L'aide juridictionnelle (AJ) permet aux plus démunis d'accéder aux services d'un avocat. Les avocats refusent de cotiser à une augmentation de son budget comme le leur a demandé Christiane Taubira, faisant valoir qu'ils participent déjà largement à son fonctionnement. Ils affirment également que les indemnisations des avocats agissant au titre de l'aide juridictionnelle "seront dévalorisées d'environ 30%". "Il convient de poursuivre et même d'intensifier le mouvement de mobilisation", déclare pour sa part le président du Conseil national des barreaux (CNB), Pascal Eydoux. Selon le CNB, à l'origine d'une grève de la désignation des avocats commis d'office lancée la semaine dernière, 140 des 164 barreaux de France suivaient le mouvement lundi. Il doit en outre soumettre au vote d'une assemblée générale prévue vendredi le principe d'une grève sur tout le territoire. Le CNB, qui a demandé à être reçu par la ministre de la Justice Christiane Taubira, dit attendre toujours sa réponse. "Et en attendant cette menace de grève générale, des contacts ont été renoués lundi avec Bercy", a-t-on déclaré à Reuters. Christiane Taubira a défendu jeudi dernier sur France Inter la réforme de l'aide juridictionnelle, jugeant le système actuel "à bout de souffle". Elle a expliqué que les avocats avaient une caisse, la Carpa, "dans laquelle transitent les fonds de leurs clients et qui rapporte des produits financiers" s'élevant à 75 millions d'euros, "dont le quart pour le barreau de Paris". Christiane Taubira a promis qu'à partir de 2018, un fonds de participation de l'ensemble des professions judiciaires "prendra le relais". (Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant