France-Les Alsaciens défilent contre une mégafusion territoriale

le
0

STRASBOURG, 11 octobre (Reuters) - Plusieurs milliers d'Alsaciens ont manifesté samedi à Strasbourg contre le projet de fusion de leur région avec la Lorraine et la Champagne-Ardennes, un espace jugé surdimensionné et incohérent. Ils demandent a contrario la création en Alsace d'une seule collectivité, qui réunirait le conseil régional et les conseils généraux du Haut-Rhin et du Bas-Rhin. La manifestation a pris la forme d'un rassemble festif organisée par un collectif réunissant le conseil régional, les deux conseils généraux, tous UMP, les partis de la droite et du centre, les chambres consulaires et plusieurs associations et organisations professionnelles. Pour favoriser la venue des manifestants, le conseil régional avait mis en place des trains supplémentaires et une tarification spéciale, à cinq euros l'aller-retour, pour tous les trains à destination de Strasbourg. "Notre projet n'est pas de nous opposer à la réforme, ce n'est pas un combat de fermeture mais c'est le combat de l'efficacité", a expliqué le président du conseil régional, Philippe Richert, en présentant le projet de manifestation. L'efficacité de la gestion territoriale ne peut venir, selon lui, d'un espace de 56.000 kilomètres carrés, "plus grand que la Suisse, plus grand que les Pays-Bas". Les opposants à la fusion des trois collectivités craignent également que celle-ci entraîne une dilution des spécificités alsaciennes, inscrites dans un espace rhénan transfrontalier, et la perte pour Strasbourg de son statut de capitale régionale. Les conseillers régionaux et départementaux se sont prononcés le 22 septembre par 101 voix sur 122 contre le projet de fusion à trois adopté le 23 juillet par l'Assemblée nationale et en faveur d'un conseil d'Alsace fusionnant les collectivités territoriales alsaciennes. Les écologistes ont voté pour. Les socialistes se sont abstenus pour marquer leur préférence pour un retour à la fusion des seules Alsace et Lorraine, tel qu'initialement prévu dans le projet de loi gouvernemental sur la réforme territoriale, qui doit venir en deuxième lecture devant le Sénat cet automne. (Gilbert Reilhac, édité par Emmanuel Jarry)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant