France-Les achats de Noël attendus en hausse cette année-Etude

le
0

PARIS, 13 novembre (Reuters) - Les Français, moins pessimistes sur l'évolution de l'économie et de leur pouvoir d'achat, s'apprêtent à dépenser légèrement plus pour Noël cette année, selon la dernière étude annuelle du cabinet Deloitte. Le budget moyen qu'ils entendent allouer à leurs dépenses devrait ainsi progresser de 0,23% à 577 euros par famille, quand les intentions d'achat reculaient de 4,5% à la même époque de l'an dernier. A l'inverse, les dépenses sont attendues en baisse en Europe (-0,28% à 513 euros), du fait de la dégradation de la situation économique en Grèce, où les dépenses devraient chuter de 8,6% pour un budget moyen de 402 euros, en Russie (-7% à 217 euros) et au Portugal (-5,55% à 315 euros). "Il y a un regain d'optimisme qui émerge chez les consommateurs français. Guidés par un moral en hausse, ils prévoient de dépenser un peu plus cette année", a déclaré à Reuters Stéphane Rimbeuf, associé en charge des biens de consommation chez Deloitte France. Les dépenses devraient également progresser au Royaume-Uni (+0,7%) pour atteindre 884 euros - le budget le plus élevé d'Europe - au Danemark (+5,2% à 617 euros) et en Allemagne (+0,9% à 423 euros). En France, les consommateurs vont toutefois poursuivre leurs arbitrages: ils ont l'intention de réduire leurs dépenses de sorties et de loisirs pour privilégier les cadeaux pour les enfants et les conjoints. Par ailleurs, l'attrait des promotions se confirme. En nette progression depuis quatre ans, il passe devant l'envie de se faire plaisir, soulignent les auteurs de l'étude. Le budget alloué aux cadeaux pour les enfants devrait rester stable, avec une priorité aux jeux éducatifs et de construction ainsi qu'aux livres. Pour les adolescents, les jeux vidéos, l'argent et les livres restent les plus prisés. Chez les adultes, les chocolats prennent la tête du classement pour la première fois en quatre ans, à égalité avec les livres, devant les parfums-cosmétiques. La forte sensibilité au prix et la recherche de promotions profitent aux hypermarchés, qui occupent la première place pour les cadeaux alimentaires, les jeux vidéos, la musique, les livres, les films et les produits de beauté. Les chaînes spécialisées ont gagné du terrain et arrivent en tête pour le sport, la maison, les produits high tech et les jouets, tandis que les grands magasins restent prisés pour la mode et les produits de beauté. L'hypermarché, qui profite aussi des achats alimentaires, est devenu le premier lieu de shopping de Noël, toutes catégories de produits confondues. Le solde revient principalement aux enseignes spécialisées, comme la Fnac FNAC.PA , Darty DRTY.L , JouéClub ou la Grande Récré. Par ailleurs, la majorité des consommateurs (63%) reste attachée aux magasins physiques et la part des intentions d'achat sur internet a légèrement diminué à 32% des dépenses, contre 33% l'an dernier. L'étude a porté sur 14.000 personnes dans 14 pays en Europe ainsi qu'en Afrique du Sud. (Pascale Denis et Dominique Vidalon, édité par Jean-Michel Bélot)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant