France-Le PS pourrait changer ses statuts sur la primaire

le
0
    * Le conseil national du PS débat des primaires samedi 
    * Une primaire de toute la gauche reste l'hypothèse préférée 
    * Mais l'attitude d'EELV et du PCF laisse peu de chance 
 
 (Avec porte-parole du PS, contexte) 
    PARIS, 15 juin (Reuters) - Le Parti socialiste pourrait 
modifier ses statuts afin de contourner l'obligation d'organiser 
une primaire pour désigner son candidat à la présidentielle si 
toute la gauche n'y participe pas, a déclaré mercredi son 
Premier secrétaire. 
    C'est une des "quatre ou cinq possibilités" dont le PS 
débattra samedi en conseil national, a précisé Jean-Christophe 
Cambadélis lors de l'émission Question d'Infos, sur LCP. 
    "Il peut y avoir un changement de statut et un congrès 
extraordinaire qui permette de le faire. Il peut y avoir une 
primaire du Parti socialiste. Il peut y avoir aussi une 
désignation, une confirmation après un débat", a-t-il dit. 
    Il a réaffirmé sa préférence, qui est aussi celle de la 
majorité du PS, pour une primaire de toute la gauche. 
    Ce scénario est compliqué par le refus du co-fondateur du 
Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon, déjà candidat et en 
campagne pour la présidentielle de 2017, d'y participer. 
    Mais il faudra aussi convaincre Europe Ecologie-Les Verts 
(EELV) et le Parti communiste de s'engager dans une telle 
procédure, qui suppose d'accepter par avance de se ranger 
derrière le candidat qui en sortira. 
    Or EELV, en grande difficulté, a décidé lors de son congrès, 
dimanche, de soutenir quoi qu'il arrive un candidat écologiste à 
l'élection présidentielle de 2017.   
    Le PCF, qui a tenu son 37e congrès une semaine plus tôt, 
espère pour sa part rassembler à la gauche du PS et constituer 
un "Front populaire et citoyen", démarche a priori incompatible 
avec une primaire de "toute la gauche". 
     
    PAS DE PRIMAIRE ? 
    Sans parler des fractures au sein du Parti socialiste, alors 
que François Hollande, qui annoncera ses intentions fin 2016, 
semble se préparer à briguer un second mandat.   
    Le PS n'a cependant pas encore perdu tout espoir de 
convaincre EELV et le PCF de revenir à l'idée d'une primaire 
élargie à toute la gauche, écologistes compris. 
    "La préférence de Jean-Christophe Cambadélis serait de 
trouver une solution avec EELV et le PC", a confié à Reuters la 
porte-parole du PS, Corinne Narassiguin. 
    Les dirigeants socialistes pourront arguer du risque très 
élevé pour ces partis de disparaître en cas de déroute de la 
gauche aux présidentielle et législatives de 2017, s'ils s'en 
tiennent à une démarche qui va "à l'encontre de l'intérêt de 
leur base militante et électorale". D'autant que cela aurait 
sans doute aussi un impact au niveau des élections locales. 
    "Nous, nous continuerons à exister quoiqu'il arrive", 
souligne Corinne Narassiguin. "Une primaire de toute la gauche 
serait la meilleure solution pour éviter un éparpillement et une 
élimination dès le premier tour de la présidentielle." 
    Si un constat d'échec de cette démarche collective s'impose 
samedi, il est peu probable que les dirigeants socialistes se 
rabattent sur une primaire réduite au seul PS, sur le modèle de 
celle de 2011 qui avait désigné François Hollande.  
    "Entre pas de primaire et une primaire réduite au Parti 
socialiste, ça sera pas de primaire", prédit la porte-parole. 
    Il resterait alors à la direction du parti la convocation 
d'un congrès extraordinaire pour changer les statuts, sans doute 
en septembre, selon Corinne Narassiguin. 
 
 (Elizabeth Pineau et Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant