France-Le PS envisage de moduler les allocations familiales

le
1

(Actualisé avec Hollande) PARIS, 8 octobre (Reuters) - Les députés socialistes envisagent d'amender le projet de budget de la sécurité sociale pour moduler les allocations familiales selon les revenus, une idée sur laquelle le gouvernement se montre ouvert mais a priori pas pour l'an prochain. François Hollande a ainsi déclaré que cette hypothèse n'avait pas été retenue pour l'instant. "La modulation des allocations familiales n'est pas une réforme structurelle. C'est simplement une technique pour faire des économies ou un principe qui pour l'instant est en discussion et n'a pas été retenu", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à la fin d'une réunion européenne sur l'emploi, à Milan. Dans Les Echos, le président du groupe PS à l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux, fait état d'une "position très majoritaire" parmi les députés socialistes "pour étudier à nouveau la modulation des allocations familiales". Il précise que si un amendement est déposé, il le sera au nom du groupe. Sur Sud Radio, le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a jugé "normale" une telle modulation, mais le gouvernement se montre plus prudent. La ministre des Affaires sociales a expliqué sur France Info que cette idée avait "une logique forte". "Nous allons en discuter", a cependant ajouté Marisol Touraine, selon qui "les prestations versées aujourd'hui aux familles ne diminueront pas". "Oui, pour l'avenir, des évolutions vont intervenir. Mais pour les familles qui aujourd'hui reçoivent des allocations familiales, après ce budget de la Sécurité sociale, ces allocations ne bougeront pas", a-t-elle assuré. Pour le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, "bien sûr, tout peut évoluer, la discussion est ouverte". "L'Assemblée nationale est quand même là pour débattre", a-t-il dit sur Europe 1. Mais le président de l'Assemblée nationale, le socialiste Claude Bartolone, a déclaré sur France Inter : "Je ne veux pas que l'on prenne une décision sans savoir exactement quel est l'effort réclamé aux uns et aux autres." (Jean-Baptiste Vey, avec Elizabeth Pineau à Milan, édité par Chine Labbé)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jbellet le mercredi 8 oct 2014 à 21:12

    elles le sont déja puisque les plus on gagne plus on vous prélève sur votre salaire

Partenaires Taux