France-Le PS demande à Moscou de revenir sur sa "liste noire"

le , mis à jour à 20:12
1

(Actualisé avec déclarations Cambadélis sur le FN) PARIS, 31 mai (Reuters) - Le Parti socialiste a demandé dimanche à Moscou de revenir sur sa liste de 89 personnalités européennes - dont quatre Français - interdites de territoire russe en réponse aux sanctions prises par Bruxelles contre la Russie pour son implication dans le conflit ukrainien. Cette liste n'"honore pas la diplomatie russe" et n'est "pas de nature à aider à un partenariat russo-européen", estime le Premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis dans un communiqué. "Le Parti socialiste est désireux qu'un grand pays comme la Russie soit un partenaire respecté qui nous respecte", ajoute-t-il. "C'est pourquoi nous demandons à Messieurs (le président russe NDLR) Poutine et (le ministre russe des Affaires étrangères NDLR) Lavrov de revenir sur cette décision qui ternit l'image de leur pays en Europe". Quatre Français figurent parmi les personnalités intellectuelles, politiques et militaires visées par cette interdiction de territoire : le philosophe Bernard-Henri Lévy, le président du Comité économique et social européen (CESE) Henri Malosse, le chef de file des députés socialistes Bruno Le Roux et l'ex-eurodéputé Daniel Cohn-Bendit. Apportant son soutien à Bruno Le Roux, Jean-Christophe Cambadélis s'est interrogé sur le rôle joué dans ce dossier par la présidente du FN qui s'est rendue en Russie cette semaine et qui a reconnu l'an dernier avoir contracté un prêt de neuf millions d'euros auprès d'une banque russe. Bruno Le Roux a déposé mi-mai avec deux autres députés PS une demande de création d'enquête parlementaire sur le financement du FN ID:nL5N0Y933H . "Evidemment Bruno Le Roux n'est pas ciblé pour les formules qu'il aurait pu employer vis-à-vis de l'Ukraine car je crois qu'il n'a pas parlé sur ce sujet mais bien évidemment parce qu'il a demandé une commission d'enquête", a dit le premier secrétaire du PS, invité de "Tous politiques" (France Inter-France 24-Le Parisien) dimanche soir. Une source diplomatique française indiquait samedi que les autorités françaises n'avaient pas reçu de notification officielle de la part de Moscou concernant la "liste noire". A Bruxelles, un porte-parole de la diplomatie européenne a dénoncé une "mesure arbitraire et injustifiée". Selon un responsable du ministère russe des Affaires étrangères, la "liste noire" aurait été émise en réponse aux sanctions et aux interdictions d'entrée sur le territoire européen prononcées par Bruxelles depuis l'annexion de la Crimée par la Russie en mars 2014. (Marine Pennetier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cavalair le dimanche 31 mai 2015 à 19:41

    Ils meritaient de metre beaucoup plus de francais, quatre c'est rien