France-Le procès du Carlton se poursuit, sans huis clos

le
0

(Actualisé avec demande de huis clos rejetée) LILLE, 2 février (Reuters) - Une demande de huis clos déposée par plusieurs parties civiles au procès du "Carlton" de Lille, dans lequel Dominique Strauss-Kahn est poursuivi pour proxénétisme aggravé, a été rejetée lundi par le tribunal correctionnel de Lille. "Le tribunal estime que les parties civiles ont toujours le choix" de ne pas s'exprimer, a dit le président. Le procureur Frédéric Fevre avait requis un huis clos partiel pour les auditions des parties civiles et leurs éventuelles confrontations avec des prévenus. "Quand on est une petite fille, on rêve de devenir une princesse, pas une prostituée", avait-il dit. "Nous avons le devoir de respecter leur souffrance." Des avocats de la défense avaient au contraire demandé le rejet de cette requête, appelant à un rééquilibrage des débats dans les prétoires, après une "violation permanente" du secret de l'instruction. Le procès dit du "Carlton" s'est ouvert lundi après-midi devant le tribunal correctionnel de Lille. Vêtu d'un costume noir, d'une chemise blanche et d'une cravate bleu gris, "DSK", 65 ans, est arrivé discrètement dans la salle d'audience, évitant ainsi les centaines de journalistes, photographes et cameramen accrédités. Contraint à la démission du FMI après avoir été accusé en mai 2011 d'agression sexuelle par une femme de chambre au Sofitel de New York, il est soupçonné d'avoir été le "pivot central" de "parties fines" organisées avec des prostituées entre 2008 et 2011 à Lille, Paris et Washington, notamment. ID:nL6N0V91YZ Strauss-Kahn a toujours clamé son innocence, assurant n'avoir jamais su que les femmes rencontrées lors de ces soirées selon lui "libertines" étaient des prostituées, ni avoir été à l'origine des rencontres. Celui qui semblait en 2011 le mieux placé pour la primaire de son parti en vue de l'élection présidentielle encourt jusqu'à 10 ans de prison et 1,5 million d'euros d'amende. En tout, treize prévenus seront jugés pour proxénétisme aggravé --et certains également pour escroquerie, abus de confiance ou abus de biens sociaux-- et un quatorzième pour complicité de délits financiers. "On va bien s'amuser, ça va être un très beau spectacle", a déclaré à son arrivée au tribunal l'une des "figures" du dossier, Dominique Alderweireld alias "Dodo la Saumure", gérant de plusieurs "maisons de débauche" en Belgique. Le procès doit durer au minimum trois semaines, à l'issue desquelles le jugement devrait être mis en délibéré. (Chine Labbé, avec Pierre Savary, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant