France-Le Pen dénonce les "anathèmes" de Hollande sur le FN

le
0

(Actualisé avec Le Foll) PARIS, 4 mars (Reuters) - François Hollande a appelé à "arracher" les électeurs au FN qui est "tout sauf le parti de la République", s'attirant mercredi une vive réplique de Marine Le Pen, qui a dénoncé des "anathèmes" et une "caricature grotesque" de son parti. Devant des lecteurs du Parisien, le chef de l'Etat affirme dans un entretien publié mercredi que "les propositions du FN sont autant de reculs pour notre pays" et qu'il faut les combattre à l'approche des élections départementales fin mars. "La seule attitude à avoir, c'est d'aller chercher les électeurs du FN, les arracher même pour leur parler et les convaincre", dit-il. "Car si le FN est dans la République, puisqu'il participe aux élections, c'est tout sauf le parti de la République". François Hollande entérine l'idée selon laquelle le Front national est devenu la première formation politique. "C'est un échec collectif quand un parti d'extrême droite est le premier parti de France", dit-il. Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a également appelé à combattre le parti de Marine Le Pen, donné en tête en intentions de vote dans la plupart des sondages aux élections départementales de fin mars. Il a invité les électeurs de gauche à se mobiliser pour ne pas laisser "les plus motivés faire l'élection", soulignant les "conséquences lourdes" d'un choix FN, "quitter la zone euro, supprimer la Pac", la Politique agricole commune. "Dans 500 cantons aujourd'hui (sur un total de 2.000-NDLR), on estime possible de ne pas, à cause de la division de la gauche, pouvoir être au deuxième tour, donc c'est un appel aussi à la mobilisation", a-t-il dit à l'issue du conseil. "VIOLENCE" Marine Le Pen a estimé sur iTELE que la critique de son parti était devenu "le trouble obsessionnel compulsif, le Toc de la classe politique française (...) le programme commun de l'UMPS !" François Hollande ferait mieux "d'arracher les Français à la misère, au chômage, à l'insécurité, au danger de l'islamisme fondamentaliste", a-t-elle dit, dénonçant "une surenchère de violence dans les mots choisis". Interrogé sur les commentaires du chef de l'Etat sur ses propositions, elle a répondu : "Ce sont des anathèmes (...) on est dans la caricature grotesque". Le vice-président du FN, Florian Philippot, a jugé la phrase de François Hollande "très méprisante" envers les électeurs du Front national. "Qu'est-ce qu'on arrache normalement ? Des mauvaises herbes", a-t-il dit sur Europe 1. Selon un sondage Odoxa pour Le Parisien, publié la semaine dernière, le FN rassemble 33% d'intentions de vote pour le premier tour du 22 mars, au détriment de l'UMP et son allié l'UDI (27%) et, surtout, du PS, relégué à 19%. Handicapé par le mode de scrutin, le FN aura toutefois du mal à traduire cette avance au second tour. Selon une estimation du Monde, il pourrait viser quatre départements et obtenir des dizaines d'élus, contre deux actuellement. (Gérard Bon, avec Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant