France-Le parquet requiert un procès pour le Front national

le
2
    PARIS, 22 juillet (Reuters) - Le parquet de Paris a requis 
le renvoi en correctionnelle du Front national et de deux de ses 
dirigeants, dont le trésorier Wallerand de Saint-Just, dans 
l'enquête sur le financement des campagnes électorales du parti 
en 2012, a-t-on appris vendredi de source judiciaire. 
    Sont visés également le vice-président du FN Jean-François 
Jalkh, cinq autres personnalités ainsi que deux personnes 
morales, "Jeanne", le micro-parti de la présidente du FN Marine 
Le Pen, et Riwal, la société qui fournissait le matériel de 
campagne du FN, dont le renvoi est aussi requis. 
    Le parquet de Paris avait ouvert une information judiciaire 
en avril 2014 pour escroquerie, abus de bien social, complicité 
et recel de ces délits visant le financement des campagnes du FN 
pour l'élection présidentielle et les législatives de 2012. 
    L'enquête a porté sur les liens financiers entre le FN et 
Jeanne d'une part et Riwal de l'autre, les juges cherchant à 
savoir si les deux premiers n'ont pas profité de facilités de 
paiement offertes par la troisième dans le cadre de campagnes 
électorales, ce que conteste le Front national. 
    Marine Le Pen a été entendue par les juges d'instruction en 
charge du dossier sous le statut de témoin assisté. 
    Les réquisitions du parquet concernant le Front national 
portent sur les chefs de recel d'abus de biens sociaux et 
complicité d'escroquerie. 
    Les autres personnalités dont le renvoi en correctionnelle 
est requis sont le patron de Riwal Frédéric Chatillon, sa 
compagne, le commissaire aux comptes du FN Nicolas Crochet, 
l'ex-trésorier de Jeanne, Olivier Duguet et son successeur Axel 
Loustau. 
 
 (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2496916 il y a 5 mois

    Et le fils Fabius ? et les autres, la liste est trop longue.

  • Berg690 il y a 5 mois

    Et Cahuzac?