France-Le moral des dirigeants de PME progresse encore

le
1
    PARIS, 29 janvier (Reuters) - Le confiance des dirigeants de 
PME et ETI (entreprises de taille intermédiaire) est repartie à 
la hausse en janvier, le petit regain d'inquiétude lié aux 
attentats islamistes de novembre ayant fait long feu, selon 
l'Observatoire OpinionWay-Banque Palatine-Challenges publié 
vendredi. 
    Leur niveau de confiance dans les perspectives de leur 
propre entreprise pour les six prochains mois atteint 88%, soit 
neuf points de plus que début décembre et un plus haut depuis 
les débuts de cette étude mensuelle. Sur l'ensemble de 2015, il 
affiche une progression de 15 points. 
    Dans le même temps, leur confiance dans l'économie mondiale 
perd encore trois points à 49%, alors qu'elle avait culminé à 
66% avant l'été. Mais celle dans l'économie française en regagne 
quatre, à 43%. 
    Leurs perspectives d'investissement poursuivent leur 
amélioration, l'indice qui les mesure atteignant un nouveau 
record à 116 (+3 points). 
    Si 76% des chefs d'entreprise interrogés (-4 points) 
envisagent de maintenir le nombre de leurs salariés, le solde 
entre ceux qui anticipent une hausse (16%) et une baisse (8%) de 
leurs effectifs à un horizon de six mois progresse de deux 
points sur le mois et de quatre par rapport à début 2015. 
    L'an passé, 70% des PME-ETI ont réalisé un chiffre 
d'affaires stable ou en croissance. Celles qui affichent une 
croissance (42 %) sont près de deux fois plus nombreuses que 
celles qui déclarent une baisse d'activité (23%).  
    Par rapport à 2014, la part de PME-ETI dont le chiffre 
d'affaires est en baisse de 9 points. 
    L'étude a été réalisée auprès d'un échantillon représentatif 
de 301 dirigeants d'entreprises, dont le chiffre d'affaires est 
compris entre 15 et 500 millions d'euros, interrogés par 
téléphone entre le 4 et le 15 janvier. 
 
 (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • SM7 le vendredi 29 jan 2016 à 17:05

    Comme leurs salaires, leurs primes, leurs avantages exorbitants, par contre pour les grouillots de base comme moi, c’est pas tout à fait la même fanfare.