France-Le mobile et les places de marché dopent le e-commerce

le
0

* Les ventes en ligne ont grimpé de 16% au S1 * Mode, décoration et petit électroménager tirent les ventes * Le chiffre d'affaires du secteur approcherait 65 mds en 2015 par Pascale Denis PARIS, 21 septembre (Reuters) - La croissance du e-commerce en France s'est fortement accélérée au premier semestre, dépassant les prévisions des professionnels du secteur grâce à l'essor des places de marché, des transactions sur mobile et des sites collaboratifs. Les ventes du commerce en ligne ont grimpé de 15% pour totaliser 31 milliards d'euros au cours des six premiers mois de l'année, après une hausse de seulement 10,5% au cours de la même période de 2014, selon les chiffres publiés lundi par la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad). Sur le seul deuxième trimestre, la croissance a atteint 16%, sa meilleure performance depuis trois ans. Surtout, l'indice regroupant les 40 principaux sites français - agrégat permettant à la Fevad de mesurer l'évolution des ventes en ligne à périmètre constant - a renoué avec une progression à deux chiffres (+12% au premier trimestre et +13% au deuxième), retrouvant des taux de croissance qu'il n'avait pas connus depuis 2011. "Cette accélération, tirée par la mode, la décoration et le petit électroménager devrait permettre de dépasser les prévisions pour 2015", a déclaré Marc Lolivier, délégué général de la Fevad, lors d'une conférence de presse. Le chiffre d'affaires du e-commerce français devrait ainsi approcher les 65 milliards d'euros cette année, au lieu des 60 milliards attendus. Alors que la consommation des ménages reste en berne (-0,6% au deuxième trimestre après -0,9% au premier, selon les données de la Banque de France), le commerce en ligne est dopé par l'explosion des ventes des sites hébergés sur des places de marché (+58% au deuxième trimestre) et par les ventes réalisées à partir de tablettes ou de smartphones (+43%). L'engouement pour les sites dits collaboratifs comme BlaBlaCar ou Airbnb a également contribué à la progression du e-commerce. "Il y a de vrais mouvements de fond qui contribuent à cette progression", a indiqué François Momboisse, président de la Fevad, évoquant aussi le clic&collect (achats en ligne et retrait dans les magasins) ou la personnalisation croissante des achats sur smartphone, via la géolocalisation. Les achats de mode en ligne, qui continuent de tirer le secteur, ont progressé de 9,7% pour atteindre 15,5% des ventes totales d'habillement, qui reculent pour leur part de 0,2%. Ils restent tirés par les rabais, 60% des ventes sur la toile se faisant à prix barrés, contre une moyenne de 42% pour l'ensemble du marché. Malgré une progression récente, les chaînes de prêt-à-porter comme Zara ITX.MC ou H&M HMb.ST restent encore loin derrière leurs concurrentes américaines, le e-commerce représentant seulement 5% de leurs ventes contre 18% aux Etats-Unis. Les grands magasins comme Le Bon Marché, propriété de LVMH LVMH.PA , le Printemps ou les Galeries Lafayette arrivent eux aussi loin derrière, réalisant moins de 5% de leurs ventes en ligne contre 11% pour Nieman Marcus ou Saks Fifth Avenue. Au total, le nombre de sites marchands a atteint 167.650 au 30 juin 2015, en progression de 14%, et devrait atteindre les 180.000 à la fin de l'année. Entre avril et juin, Amazon AMZN.O , CDiscount, filiale de Casino CASP.PA , et la Fnac FNAC.PA sont restés les sites les plus visités en France, selon une étude réalisée par Mediamétrie et NetRatings. (Edité par Dominique Rodriguez)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant