France-Le Medef s'engage dans la campagne présidentielle 2017

le
0
    * Gattaz reproche aux partis de ne pas avoir de vision 
    * Le Medef veut suppléer cette absence de vision à long 
terme 
    * L'organisation paraît cependant isolée dans sa démarche 
 
    PARIS, 21 juin (Reuters) - Le Medef, première organisation 
patronale française, a décidé de s'engager dans le débat 
présidentiel de 2017 en présentant son propre diagnostic et ses 
propositions pour la France de 2020. 
    Cette contribution ne prendra pas la forme d'une liste de 
revendications mais d'un projet susceptible de redonner espoir à 
des Français réputés être l'un des peuples les plus pessimistes 
du monde, assurent les dirigeants du Medef. 
    "Nous voulons contribuer à la campagne présidentielle", a 
expliqué mardi à la presse son président Pierre Gattaz. "La 
France va mal, les gens se castagnent, défilent (...) et n'ont 
plus d'espoir. Il faut redonner cet espoir." 
    "On voit bien que nos partis politiques, aujourd'hui, n'ont 
aucune vision pour notre pays", a-t-il poursuivi. "Celui qui 
aura cette vision à 10-20-30 ans (...) aura un atout incroyable 
sur des gens qui se présenteraient en disant juste 'on va régler 
le problème des 35 heures ou de l'ISF'." 
    Dans un document de près de 200 pages qui sera diffusé à 
partir de mercredi, le Medef s'efforce de présenter cette vision 
"enthousiasmante" d'une France conquérante.  
    Ce livre décortique sept défis à relever par la France, 
présente une méthode au coeur de laquelle il place l'entreprise 
et esquisse des orientations et des pistes. 
    Pour le Medef, ces défis sont notamment la réponse de la 
France à la mondialisation et une redéfinition du projet 
européen - "Il faut qu'on fasse rêver avec l'Europe", souligne 
Pierre Gattaz à l'heure où le Royaume-Uni menace de la quitter. 
    Il met aussi en avant l'innovation et les filières d'avenir, 
la révolution numérique et son impact sur le travail, le climat 
et la transition énergétique, l'épanouissement dans l'entreprise 
et le développement de l'entrepreneuriat.  
    "Est-ce qu'on ne pourrait pas se donner l'objectif collectif 
d'être la Silicone Valley de l'Europe dans 10 ans ? Voilà un 
projet qui fait rêver", a fait valoir Pierre Gattaz. 
     
    "SORTIR DES TRANCHÉES" 
    Parmi les pistes évoquées par le Medef, le document évoque 
sans surprise la nécessité d'instaurer une fiscalité plus simple 
et "moins pénalisante pour le travail comme pour le capital". 
    Il propose de créer un "nouveau modèle économique et social" 
fondé sur le dialogue social et la liberté d'entreprendre. 
    Il estime que la priorité à l'accord d'entreprise instaurée 
par la loi El Khomri sur le travail ne pourra donner son plein 
effet qu'accompagnée d'une "rénovation du contrat de travail", 
avec des conditions de rupture plus souples. 
    Autre thème connu : le Medef juge urgent d'alléger la part 
des entreprises dans le financement de la protection sociale, 
tout en admettant qu'elle peut être un facteur d'attractivité en 
retenant les talents et en facilitant la prise de risque. 
    Dans un deuxième temps, l'organisation patronale publiera 
cet automne des propositions de réformes. 
    Pierre Gattaz s'est dit très inquiet en raison de la 
difficulté à faire accepter des réformes, comme l'illustre la 
contestation du projet de loi réformant le marché du travail.  
    "Est-ce qu'à chaque réforme ça va être le cirque comme pour 
la loi El Khomri ?" s'est-il interrogé.  
    Il a reconnu que le climat social et l'image du Medef dans 
l'opinion publique et auprès des autres partenaires sociaux, 
notamment après l'échec des négociations sur l'assurance chômage 
( ) ne lui facilitaient pas la tâche. 
    "Nous sommes prêts à nous remettre en question aussi", a dit 
Pierre Gattaz. "On essaye d'entraîner le plus de gens possible 
(...) en essayant d'enlever notre chapeau de patrons horribles 
(...) On a sans doute une énorme responsabilité."  
    "On n'a pas réussi à embarquer nos partenaires sociaux et 
les autres fédérations patronales", a-t-il ajouté. "Il faut 
regarder un peu devant et sortir des tranchées (...) Ce n'est 
pas simple, même au sein parfois de nos représentants." 
 
 (Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant